Pas moins de 142 personnes ont péri, depuis le début de la saison estivale 2019, à travers le territoire national, dont 85 par noyade dans des plages en majorité non autorisées à la baignade, a révélé, jeudi à Alger, le Commandant Samia Roumane, Chargée d'études à la Direction générale de la Protection civile.

Depuis le lancement, début juin, de la saison estivale en cours, 142 personnes ont trouvé la mort, dont 85 par noyade dans des plages alors que 57 autres sont décédées au niveau de divers plans d'eau, a détaillé Mme Roumane, lors de sa présentation du bilan arrêté au 7 août, des interventions des éléments de la Protection civile. Selon ce récent décompte, il ressort que sur les 85 décès par noyade, 60 ont eu lieu dans des plages non autorisées, soit 99, 29 % des cas alors qu'une douzaine (12) de noyade est survenue en dehors des horaires de surveillance des plages. S'agissant des 57 décès recensés au niveau des plans d'eau, 19 d'entre eux sont survenus dans des retenues collinaires et 15 autres dans des marres d'eau, alors que dix (10) autres décès ont été occasionnés par des engins nautiques, essentiellement des jet-skis. La représentante de la Direction générale de la Protection civile a tenu à souligner qu'au regard des données de ce bilan, 128 décès sur le total des 142 déplorés cet été sont dus au "non-respect de la réglementation et des consignes de sécurité", insistant ainsi sur l'importance de la sensibilisation de la population sur les dangers de la mer et autres plans d'eau.

APS