Les cendres de charbon contiennent de hauts niveaux de contaminants radioactifs, selon une étude américaine qui soulève des inquiétudes sur le traitement de ces déchets pour le moment pas du tout encadré.

"Les niveaux de radioactivité dans les cendres étaient jusqu'à cinq fois plus importants que pour un sol normal, et dix fois plus importants que pour le charbon lui-même avant qu'il ne soit brûlé. C'est dû au fait que la combustion concentre la radioactivité", note l'étude publiée mercredi dans le journal Environmental Science and Technology. Le traitement des cendres de charbon n'est à l'heure actuelle pas du tout encadré même si les experts savent depuis longtemps que le charbon contient des substances nocives. Les résidus de combustion sont la plupart du temps déversés dans des bassins de stockage près des centrales à charbon, qui sont parmi les principales émettrices de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique.   Des écoulements de ces bassins, où la radioactivité n'est pas contrôlée, pourraient contaminer des nappes phréatiques. "On ne sait pas quelle quantité de ces contaminants passent dans l'environnement, ni dans quelle mesure ils pourraient affecter la santé des habitants autour de ces zones de stockage", note Avner Vengosh, professeur de géochimie et un des coauteurs de l'étude. "Nos travaux ouvrent la porte à une évaluation de ce risque potentiel". Les premières règles encadrant le stockage de cendres de charbon devraient entrer en vigueur en octobre, proposées par l'Agence américaine de protection de l'environnement. Selon le groupe de défense de l'environnement Greenpeace, la Chine, plus gros consommateur de charbon au monde, produit chaque année au moins 375 millions de tonnes de cendres de charbon, 2,5 fois plus qu'en 2002. Les Etats-Unis en produisent 140 millions de tonnes annuellement, selon les écologistes de EarthJustice.

APS