De sources proches, des travailleurs de l'usine turque Tosyali de la zone industrielle de Bethioua nous ont informés en compagnie de quelques représentants de la société civile de la commune de Béthioua

que l'ensemble de la clientèle des différentes commandes du fer rond à béton et qui se chiffrent à des centaines de milliards jour paie leurs factures en espèces mis à part une petite minorité de 10% règle leurs commandes par chèque et ce, au su et au vu de tout le monde avec la complicité bien sûr des services concernés pour ne pas citer de noms . Profiter des dispositions mises en place par l’Etat pour payer moins d’impôts et de taxes est une pratique bien connue de certains pseudo-investisseurs. D’autres s’adonnent à une autre activité que celle consignée dans le registre de commerce ou sous-déclarent leurs employés. Mais ces dernières années, d’autres infractions sont apparues. Il s’agit notamment ‘’d'investisseurs’’ qui déclarent, de manière frauduleuse, que leurs montants qui se chiffrent à des centaines de milliards de dinars sont faibles, inférieur à la légalité des commandes des différentes clientèles qui sont nombreuses venues de tous les coins du pays, attendent leur tour pendant des nuits pour se ravitailler de ce prestigieux produit du fer d'acier à béton 12. L’objectif de cette déclaration est naturellement de payer moins d’impôts et de bénéficier des avantages qu’accorde l’Etat à ces investisseurs.  Le nouveau texte de PLF oblige les personnes imposables à «vérifier l’authenticité des déclarations commerciales et fiscales de leurs associés» et d’ «introduire un bilan détaillé en marge de leurs déclarations annuelle des sommes payées». Toute action visant à contourner l’égalité des citoyens et des personnes morales devant l’impôt constitue une atteinte aux intérêts de la communauté nationale. Elle est réprimée par la loi. La loi sanctionne l’évasion fiscale et la fuite de capitaux». Ce principe de l’égalité de tous devant l’impôt est renforcé par l’article 32 de la Constitution, qui stipule que «Les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale». A ce niveau, la question qui est posée est de savoir si nous sommes tous égaux devant l’impôt. La réponse est négative. Ce sont les inégalités croissantes et apparentes et les politiques d’austérité qui rendent la question de la juste répartition de l’effort demandé au centre des préoccupations de la population.     

Reflexiondz.net