Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Chérif Omari a annoncé, mardi à Alger, la création d'une cellule d'écoute et de suivi au niveau de son département ministériel, en vue d'accompagner les jeunes porteurs de projets innovants dans le domaine agricole.

 S'exprimant en marge de son inauguration du Salon international de l'élevage et de l’agroéquipement SIPSA-FILAHA 2019, en compagnie du ministre du Commerce, Saïd Djellab, de la ministre de l'Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt et de la ministre de l'Environnement, Fatma-Zohra Zerouati, M. Omari a estimé qu'"au vu du grand nombre de jeunes innovateurs  dans le secteur, et qui sont porteurs de projets innovants, le Gouvernement a décidé de les accompagner, à travers les facilités financières et les exonérations fiscales proposées dans le nouveau Projet de loi de finances de l'année 2020 (PLF 2020) ". Evoquant également la création du Fonds national de soutien aux jeunes innovateurs dans les domaines de l'agriculture, des forêts, du développement rural et de la pêche, lequel devra contribuer à la  préservation de la diversité environnementale, le ministre a assuré que "nous adopterons tous les projets inscrits dans ces secteurs, élaborés selon des approches environnementales et socio-économiques, et y apporterons tout le soutien nécessaire". Dans le même contexte, le ministre a annoncé le lancement jeudi du concours "AGRIFOOD INNOV" sur la meilleure innovation, qui sera organisée  par le ministère de l'Agriculture, en collaboration avec les organisateurs du Salon SIPSA-FILAHA 2019, et ce vue d'encourager et de soutenir les jeunes innovateurs. Ce concours est organisé pour la première fois au profit des startups du secteur, des chercheurs, des centres de recherches, des écoles et des agriculteurs.  Pour ce qui est de la 19e édition du SIPSA-FILAHA 2019 dont les activités se poursuivront jusqu'au 10 octobre, sous le thème "Pour une agriculture  intelligente, face au défi d’une sécurité alimentaire et sanitaire durable", et qui a regroupé quelque 450 exposants, dont 270 exposants étrangers, le ministre a précisé que cette manifestation "permettra d'exposer un échantillon du produit national qui a déjà montré sa qualité et suscité même l'intérêt des opérateurs étrangers". Des quantités considérables de produits agricoles sont exportées  actuellement vers l'Afrique et les pays voisins, a-t-il poursuivi, ajoutant que la place du produit algérien se renforcera davantage dans notre continent avec l'adhésion à la ZLECAF en juillet 2020. L'agriculture est un secteur qui contribue à la promotion des exportations et au renforcement du PIB ce qui permet de diversifier l'économie nationale et de créer de la richesse, de la valeur ajoutée ainsi que des postes d'emploi, a-t-il estimé. Dans ce cadre, M. Omari a mis l'accent sur la participation des opérateurs  activant dans les secteurs agricole et industriel aux foires internationales qui constituent des espaces à même de promouvoir le produit algérien et sa capacité d'accès aux marchés étrangers eu égard de sa qualité et sa compétitivité. Au terme de sa visite au Salon, le ministre a pris part avec plusieurs délégations africaines à la plantation de 54 arbres (le nombre des pays du  continent) à l'esplanade du Palais d'exposition dans l'espace "Jardin  d'Afrique".Répondant à une question sur les mesures prises pour la protection du produit algérien, le premier responsable du secteur a expliqué qu'un "travail colossal est entrain de se faire pour attribuer une certification au produit algérien", soulignant que la plupart des laboratoires relevant du secteur agricole étaient agréés par l’organisme algérien d’accréditation ALGERAC, reconnu sur la scène internationale, permettant l'accès du produit local au marchés internationaux en toute sécurité. M. Omari a mis en exergue, par la même, le rôle des laboratoires de  contrôle de qualité en termes de promotion des exportations et de protection du "label" des produits nationaux à l'étranger.

R.N