1. L'Algérie s'attèle à investir davantage dans les énergies renouvelables pour mieux préparer sa transition énergétique et s’affranchir progressivement, à moyen et long terme, des hydrocarbures, a indiqué à Cape Town (Afrique du Sud) le P-dg de Sonelgaz, Chaher Boulakhras.

M.Boulakhras qui est également président du Comité Algérien de l’Energie, s'exprimait lors d'une session dédiée à la croissance énergétique en Afrique, animée à l'occasion des travaux de la Conférence Africaine sur le pétrole et l’énergie à laquelle il a pris part à Cape Town, a précisé la Société nationale de l'électricité et de gaz dans un communiqué. Dans son allocution introductive, le P-dg de Sonelgaz a également donné un aperçu sur les défis relevés par l'Algérie et qui lui ont permis d’atteindre un taux d’électrification de 99% et un taux de pénétration en gaz naturel de près de 62%, ce qui place le pays, a-t-il dit, "au rang des meilleures performances en matière d’accès à l’énergie dans le monde". Selon lui, au vu de l'importance du gisement solaire de l’Algérie, de sa grande superficie, la transition énergétique nationale retenue est axée sur le développement des EnR autour de deux composantes: l’une énergétique et l’autre industrielle. Elle s’appuie également, a-t-il poursuivi, sur l’efficacité énergétique à travers notamment "l’hybridation" des centrales diesel des réseaux isolés du Sud du pays, avec le recours à l’énergie solaire et à l’éolien, ce qui permettra de réduire la consommation de fuel dans les centrales et des carburants utilisés pour son transport. Plus de 50MWc en renouvelables sont actuellement en cours de réalisation par Sonelgaz pour hybrider les centrales électriques fonctionnant au fuel. Sur le plan régional, le P-dg a relevé les grands projets d’interconnexions électriques avec les pays du Maghreb mais aussi l'ambition de Sonelgaz d'examiner et de profiter de toutes les opportunités nouvelles d'investissement et d'affaires en Afrique. "Au-delà des projets d’interconnexions électriques, nous souhaitons étendre notre partenariat encore plus vers l’Afrique Subsaharienne. Nous avons développé de l’expertise que nous pouvons partager à travers des partenariats dans la formation, dans les études mais aussi dans la réalisation des réseaux électriques et gaziers, notamment dans le cadre de l’électrification rurale et la distribution du gaz par canalisations", a-t-il fait savoir. Pour M. Boulakhras, "améliorer l’accès à l’énergie en Afrique est parfaitement possible grâce aux mini-réseaux de petite-taille que nous avons déjà développés, avec succès, dans les régions difficilement d’accès en Algérie. L'Algérie a aussi "avancé dans la fabrication des équipements, comme les turbines électriques de petite et de grande puissance, des systèmes contrôle-commandes, des alternateurs, transformateurs, isolateurs, pièces de rechange etc. Mais aussi dans le domaine de l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction et l’engineering de détail", a-t-il soutenu. En marge de cette conférence, le P-dg de Sonelgaz a été reçu en audience par le ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée Equatoriale, Gabriel M. Obiang Lima. Les deux parties ont échangé sur "les opportunités d’affaires, plus particulièrement celles en rapport avec les capacités de réalisation des réseaux électriques et gaziers de même que les capacités d’études et de schémas directeurs d’alimentation en électricité et en gaz", a indiqué le communiqué. A cette occasion, le P-dg de Sonelgaz et président du Comité Algérien de l’Energie a témoigné de la volonté de Sonelgaz de "se déployer davantage sur le marché africain, mettant en avant l’expertise et les services que Sonelgaz peut apporter compte-tenu du haut niveau d’intégration nationale déjà atteint". M. Boulakhras a notamment évoqué l’expertise algérienne en matière d’engineering, d’études et de développements des réseaux électriques et gaziers, de fabrication d’équipements, de systèmes d’informations et de formation. Le P-dg de Sonelgaz a eu également des rencontres et des échanges avec les P-dg, des hauts responsables et autres professionnels des sociétés et industries électriques et gazières opérant en Afrique à l’effet d’examiner les opportunités de partenariat autour des quatre axes liés à l’expertise, les services, les équipements et l’énergie, a fait savoir le communiqué.

A.A.