La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a signé à Alger un contrat avec un groupement composé de Tecnicas Reunidas (Espagne) et Samsung Engineering (Corée du Sud) pour la réalisation d'une raffinerie de pétrole brut à Hassi Messaoud.

Ce contrat a été paraphé au siège de la compagnie nationale par le directeur central Engineering & Management de Sonatrach, Faiz Zane, le directeur général de Tecnicas Reunidas, Juan Llado, et celui de Samsung Engineering, Sang An Choi, en présence du PDG de Sonatrach, Kamel-Eddine Chikhi, ainsi que les ambassadeurs de l’Espagne et de la Corée du Sud, respectivement, Fernandes Moràn Calvo-Sotelo et Eunyong Lee. Cette nouvelle raffinerie vise essentiellement à renforcer la production nationale de carburants et lubrifiants pour répondre à la demande interne sur le moyen et long termes et dégager des volumes à l’export. Situé au niveau de Haoud El Hamra (30 km de Hassi Messaoud, wilaya d’Ouargla), ce projet porte sur la réalisation d’une raffinerie de pétrole brut à conversion profonde d'une capacité globale de 5 millions de tonnes/an. La nouvelle raffinerie produira sept produits principaux aux spécifications européennes "Euro V" : le propane (127.000 tonnes/an), le butane (180.000 tonnes/an), l’essence NO 95 (352.000 tonnes/an), l’essence NO 91 (1.373.000 tonnes/an), le kérosène (228.000 tonnes/an), le gasoil (2.659.000 tonnes/an) et le bitume (134 000 tonnes/an). D’un montant de 440.078.294.015 dinars (environ 3,7 milliards de dollars), le projet de la raffinerie comprendra la construction des unités Process, l’aire de stockage des charges et produits, la zone de torche, les utilités et les off-sites et les unités de traitement des effluents. Le projet sera exécuté en EPC (ingénierie, approvisionnement et construction), dans un délai de 52 mois à partir de l’entrée en vigueur du contrat. Le projet sera réceptionné ainsi en mars 2024. En ajoutant les deux ans de garantie prévus dans le contrat, la réception finale se fera en mars 2026. Le marché a été conclu suite à un appel d’offres lancé par Sonatrach en novembre 2017. Sur dix-huit (18) compagnies ayant retiré le cahier des charges relatif à cette offre, sept (7) ont soumissionné dont quatre (4) ont été retenues en octobre 2018. Lors de la cérémonie de la signature, le PDG de Sontrach a relevé l "importance stratégique" de cet ouvrage à la fois pour la compagnie nationale et pour l'économie Algérienne. : "La conclusion de ce contrat confirme notre volonté de valoriser davantage les ressources d’hydrocarbures en produits raffinés pour satisfaire, d’une part, les besoins du marché national en la matière et d’autre part, contribuer au développement économique et social de l’Algérie et de renforcer son tissu industriel". M.Chikhi a souligné, par ailleurs, le rôle important de la nouvelle loi sur les hydrocarbures dans la réussite des projets de partenariat. "La nouvelle loi sur les hydrocarbures qui vient d’être publiée sur le journal officiel renforce le rôle de Sonatrach en tant qu’acteur économique national au service du développement du pays, et donne une plus grande visibilité aux investisseurs", a-t-il indiqué. Dans ce sens, "les compagnies internationales les plus performantes, trouveront toujours en Algérie et avec Sonatrach les conditions, les meilleures, pour nous accompagner dans la réalisation de nos projets les plus complexes, avec la volonté d’implémenter les techniques les plus avancées pour maximiser nos performances et optimiser nos coûts", assure-t-il.

Projet de phosphate intégré: Sonatrach et CITIC signent à avenant à leur protocole d’accord

La Compagnie nationale des hydrocarbures SONATRACH et le groupe Chinois CITIC construction ont signé à Alger un avenant au protocole d’accord relatif au projet intégré de production de phosphate en Algérie, conclu en 2018. La signature de cet avenant, qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite des discussions sur ce projet important, a eu lieu mardi au siège de la Direction Générale de Sonatrach (Alger), en présence du PDG de la compagnie nationale, M.Kamel Eddine Chikhi, a indiqué le groupe dans son dernier bulletin interne. A cette occasion, M. Chikhi "n’a pas manqué de rappeler l’importance stratégique de ce projet en insistant sur la nécessité du respect des délais dans l’accomplissement de ses différentes phases", selon la même source. Les deux groupes avaient conclu, le 26 novembre 2018, un accord qui précise les termes de référence relatifs au développement d’un partenariat à travers la création, en Algérie, d’une société conjointe pour la réalisation de ce grand projet. A rappeler que ce Le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et de gaz naturel, dont la partie algérienne détient 51% contre 49% pour la partie chinoise, est réparti entre le gisement de Bled El-Hadba dans la wilaya de Tebessa (Est d’Algérie), sur 2045 hectares, la plateforme de Oued Kebrit à Souk Ahras, s’étendant sur 1484 ha, celle de Hadjar Essoud à Skikda, sur 149 ha et enfin le port de Annaba sur 42 ha. Mobilisant un volume d’investissement de six (6) milliards de dollars, le complexe de phosphate dont la mise en exploitation est prévue en 2022, devrait créer 3.000 postes d'emplois directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14.000 postes d’emploi indirects.

S.A.