Imprimer
Catégorie : Actualite

L'Association algérienne de protection et d'orientation du consommateur et de son environnement (APOCE) a appelé à Alger le nouveau Gouvernement à prendre en charge nombre de dossiers "urgents" en vue d'améliorer le niveau de vie des citoyens, à travers l'amélioration du pouvoir d'achat, la lutte contre la bureaucratie et l'assainissement de l'administration.

Invité du Forum El Moudjahid, le président de l'APOCE, Mustapha Zebdi a indiqué "nous amorçons une nouvelle ère où le citoyen algérien aspire au changement dans différents domaines", ajoutant que le citoyen s'attend, en premier lieu, à ce que le secteur du Commerce "sauve son pouvoir d'achat". "Ce changement se fait à travers la mise en place d'une feuille de route portant essentiellement sur le plafonnement de la marge bénéficiaire des commerçants ainsi que l'établissement d'un fichier ou d'une liste des produits essentiels", a proposé M. Zebdi. Et d'ajouter que la réalisation des marchés de proximité ou ceux dits "Parisiens", nécessite seulement la volonté des autorités locales. Dans un autre sillage, M. Zebdi a insisté sur l'impératif de revoir la composition et les missions du Conseil de la concurrence, plaidant pour la mise en place de mécanismes permettant à des volontaires ayant les compétences nécessaires de dresser des procès-verbaux de contrôle commercial. "Il est inconcevable que 03 millions de commerçants soient contrôlés par 10.000 agents", a-t-il déploré à cet égard. Concernant le problème de distribution du lait en sachet, le président de l'APOCE a dit avoir senti "une bonne volonté chez le ministre du Commerce pour l'organisation d'une séance de travail concernant ce dossier". M.Zebdi a recensé au total 50 dossiers revêtant un caractère urgent, dont 20 qui relèvent des prérogatives du ministère du Commerce. Trois jours après sa prise de fonction, le ministre du Commerce, Kamel Rezig a reçu une délégation de l'APOCE qui lui a remis les principaux dossiers, a fait savoir M. Zebdi. Exposant les autres points considérés urgents par son Association, M. Zebdi a cité la lutte contre la bureaucratie et la corruption, l'assainissement de l'administration, la prise en charge des préoccupations des citoyens, outre l'amélioration de l'accueil et de l'orientation. L'APOCE propose la création d'une instance placée auprès du Premier ministère qui se chargera des doléances administratives complexes, notamment lorsque les canaux de communication avec les administrations et les ministères sont inexistants, a indiqué M. Zebdi, assurant que cette démarche permettra d'asseoir la confiance entre le citoyen et l'administration. Aussi, l'Association plaide pour la mise en place d'une autre instance administrative au niveau du Premier ministère pour lutter contre la corruption et la dilapidation du denier public. Evoquant le dossier des subventions publiques, le président de l'APOCE a appelé à réorienter les aides en les octroyant aux citoyens les plus nécessiteux, citant à ce propos, " la subvention destinée au fourrages des ovins et qui ne profite pas au simple citoyen, étant donné que les prix des viandes rouges demeurent élevés et hors de sa portée".

L'APOCE pour un retour au système des quotas dans l'importation des voitures neuves

S'agissant des voitures neuves, le président de l'Association a proposé le retour au régime des quotas dans l'importation des véhicules neufs, et ce selon les moyens du Trésor public, au vu, a-t-il rappelé, "de l'existence d'une véritable crise dans le domaine des véhicules". Le même responsable a également appelé à soumettre les opérations de vente sur les réseaux sociaux au contrôle, indiquant à ce propos, que son Association était destinataire de centaines de plaintes concernant des marchandises exposées à la vente sur Facebook. Dans le secteur de l'Agriculture, l'APOCE qui a appelé les pouvoirs publics à assister et à accompagner les petits éleveurs, a mis en avant l'impératif de s'assurer de la qualité des produits agricoles et de leur conformité aux critères sanitaires. Pour ce qui est de la volaille, M. Zebdi a relevé la nécessité d'agréer les petits aviculteurs, d'autant, a-t-il dit, que "80% des aviculteurs ne sont pas agréés". "Dire que tout le poulet commercialisé au niveau national est contaminé est une injustice", a indiqué M. Zebdi, ajoutant que "le cas du citoyen décédé suite à la consommation d'abats de poulet est dû à une putréfaction et non à des produis chimiques". M.Zebdi a fait état, dans ce cadre, de cas d'intoxication au plomb enregistrés dans trois communes de la capitale, signalés au Wali d'Alger. Les propositions de l'APOCE ont également porté sur les activités de sensibilisation des associations de protection du consommateur au niveau des établissements éducatifs et de l'éventualité d'exploiter les locaux inexploités comme sièges des bureaux de wilaya de l'APOCE. Dans le cadre de l'élargissement du champ de son intervention, l'APOCE a initié la création du " Forum de la citoyen neté et de l'environnement" qui a obtenu l'agrément fin 2019, a fait savoir M. Zebdi.

R.N.