Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine s’est félicité, dimanche à l'issue de l’adoption du projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020), "la cohérence" de la position des députés avec l'action du Gouvernement.

Intervenant lors de la plénière consacrée au vote du PLFC, M. Chenine a salué "l’ensemble des députés qui ont contribué à l’enrichissement du débat sur le projet de loi" qui cadre, a-t-il dit, "avec les retombées de la pandémie Covid-19 sur l’économie algérienne". A ce propos, il a mis en valeur "le positionnement des députés au côté du peuple algérien et de la Constitution, notamment en son article 139 stipulant: "est irrecevable toute proposition de loi qui a pour objet ou pour effet de diminuer les ressources publiques ou d'augmenter les dépenses publiques, sauf si elle est accompagnée de mesures visant à augmenter les recettes de l'Etat ou à faire des économies au moins correspondantes sur d'autres postes des dépenses publiques". Pour le président de l’APN, les députés qui ont voté pour le PLFC "ont agi en toute responsabilité législative et en respect des valeurs de la République, sans surenchère aucune". Par ailleurs, M. Chenine a loué "les actions de solidarité des députés en riposte au Covid-19, ainsi que leur travail de terrain dans l’Algérie profonde et l’aide financière offerte aux Algériens". L'APN "doit rester une institution constitutionnelle cohérente avec la performance gouvernementale pour l’édification d’une Algérie nouvelle", a-t-il soutenu. Dans une allocution à l’issu du vote, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a rappelé que "la préservation du pouvoir d'achat du citoyen et le développement économique étaient l'objectif principal du gouvernement à travers les dispositions de la LFC 2020. "En dépit de la situation financières que traverse le pays en raison de la pandémie du Coronavirus et de ses répercussions sur le plan économique, le gouvernement s’attèle, à travers la mobilisation de toutes les capacités financières disponibles, à la préservation de la dignité du citoyen et à la protection des franges vulnérables de la société", a-t-il assuré. Pour sa part, le président de la Commission des Finances et du Budget, Tarek Tridi, a valorisé les dispositions de ce texte de loi, indiquant que son adoption "permettra au gouvernement de concrétiser les promesses du président de la République et d'allouer les affectations financières nécessaires à la couverture des dépenses de l'Etat, à la lumière de la conjoncture difficile que connait le pays".

R.N.