Imprimer
Catégorie : Actualite

 

Le spécialiste en pneumo-phtisiologie et acteur dans la lutte contre le tabagisme, Pr Salim Nafti a affirmé l’importance de poursuivre les efforts de lutte contre le tabagisme, afin de réduire ses effets graves sur la société.

Dans une déclaration à l’APS, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac, célébrée le 31 mai, le spécialiste a appelé «les acteurs sur le terrain à poursuivre leurs efforts pour faire face à ce fléau, en dépit de la situation sanitaire difficile marquée par la concentration sur la lutte contre la pandémie de covid-19 ». Il a ajouté, dans ce sens, que la cigarette électronique (vapoteuse) introduite illégalement en Algérie s’avère encore plus dangereuse et nocive pour la santé que la cigarette classique, appelant les autorités publiques à prendre conscience de ce fléau dangereux pour la société et à interdire sa vente. Le spécialiste a également mis en garde contre la consommation du narguilé (chicha) particulièrement en cette conjoncture marquée par la forte propagation de la pandémie du nouveau coronavirus de par le monde, expliquant que ce genre de tabac ne représente pas uniquement un danger pour la santé, mais il contribue aussi à la propagation de la pandémie en raison de l’utilisation de cette pipe à eau par plusieurs fumeurs ». Le tabac «est le principal facteur de risque pour le cancer des poumons chez l’homme », a-t-il fait savoir, notant qu’il vient en tête de liste des types de cancer les plus répandus chez cette frange sociale, avec 150 000 cas par an». Concernant les informations relayées par certains réseaux sociaux et médias selon lesquelles le tabac prémunirait les fumeurs contre la Covid-19, le spécialiste a déploré la diffusion de ce genre d’informations «fallacieuses », précisant qu’il s’agit d’informations diffusées par une clinique américaine, sponsorisée par de grandes compagnies de production du tabac, pour réaliser de telles "enquêtes".Dans une étude publiée sur internet, cette clinique aurait effectué des essais sur deux jeunes fumeurs ne souffrant d'aucune maladie grave. Bien qu’atteints de COVID-19, ils guérissent de cette maladie, selon la même étude, en raison de leur dépendance au tabac qui était un moyen efficace pour leur protection. Le Pr. Nafti a démenti ces fausses informations, car "ces jeunes, même atteint de COVID-19, ne sont pas gravement touchés à l’instar des personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques".Il a affirmé, par ailleurs, que les personnes souffrant de bronchiolite due au tabagisme sont «les plus exposées au virus», car, au vu de leur état de santé vulnérable, le Covid-19 provoque chez eux des difficultés respiratoires et des complications entrainant le décès. Le même expert a évoqué le message adressé, le 6 mai dernier, par la porte parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans lequel elle a mis en garde contre les Fake news relayées dans certains pays du monde, soulignant que « la catégorie concernée par l’enquête est celle de jeunes non fumeurs ». La même responsable a indiqué que ces fausses informations avaient été diffusées par de grandes compagnies de production du tabac, qui avaient subi durant les dernières années des pertes considérables, en particulier après avoir fait la promotion de la cigarette électronique comme moyen efficace pour le sevrage du tabac et que ce produit avait été, par la suite, interdit aux Etats-Unis d’Amérique.

APS