Imprimer
Catégorie : Actualite

Les organisations patronales du BTPH ont favorablement accueilli la décision prise lors du dernier Conseil des ministres concernant la levée progressive du confinement dans ce secteur, en appelant à la mise en place d’un plan bien étudié pour la reprise de l’activité après plus de deux mois d'arrêt.

"Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune connait bien le secteur du BTPH et la décision prise lors de la réunion du Conseil des ministres, relative à la levée progressive du confinement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics est une excellente décision que nous saluons’’, a déclaré à l’APS, le président de la Confédération générale de Patronat du Bâtiment-Travaux publics-Hydraulique (CGP-BTPH), Abdelmadjid Denouni. Pour M. Denouni, cette reprise graduelle de l’activité dans le secteur du bâtiment et des travaux publics est dans "l’intérêt de tous le monde et constitue une nécessité pour les chefs d’entreprises et les employés" ajoutant que les entreprises activant dans ce secteur "veulent reprendre leur activité" après un long arrêt causé par les mesures de confinement sanitaire prises dans le cadre de la protection de la pandémie de Covid-19. Il a, dans ce cadre, souligné que ce retour progressif à l’activité dans le secteur du BTPH "permettra de payer les salaires des employés". Cependant, cette reprise devrait se faire dans "le respect strict et total" des différentes conditions de protection du Coronavirus, a-t-il insisté. Il a, à ce propos, mis l'accent sur l'impératif respect des mesures préventives, notamment le port des masques de protection et le respect de la distanciation physique. A son tour, le président de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), Mouloud Kheloufi a salué le déconfinement progressif dans le secteur, en faisant remarquer, dans une déclaration à l'APS, que la reprise de l’activité dans le secteur du BTPH demandait toute une logistique pour assurer un bon fonctionnement et une protection des employés dans les différents chantiers. "Nous saluons la décision du Président de la République prise lors de la dernière réunion du Conseil des ministres mais, comme a souligné le président de la République lui même, il faut s’asseoir autour d’une table et mettre en place un programme de déconfinement, car le secteur du BTPH est le secteur le plus polluant, d’où la nécessité de réfléchir sérieusement à la sécurité des ouvriers qui reste une priorité", a-t-il déclaré. Selon M. Kheloufi, l’entreprise activant dans le BTPH "ne pourra pas travailler avec 100% de ses capacités de réalisation au moins dans les six mois qui suivent la levée des mesures du confinement sanitaire". "La reprise de l’activité d’une entreprise de réalisation est délicate et n’est pas aussi facile par rapport à celle d’une entreprise de fabrication. Cette période de six mois est nécessaire pour rassembler à nouveau les employés, former le nouveau personnel en cas de recrutement et établir un nouveau programme des chantiers et de la logistique de l’entreprise", a -t- il expliqué. D’autre part, le président de l’AGEA a estimé que la levée progressive du confinement dans le secteur doit être accompagnée aussi par une reprise de l’activité dans d’autres secteurs, dont, celui des transporteurs et les fabricants des matériaux de construction. Ainsi, l'organisation s’est dite disponible pour "s’asseoir autour d’une table avec les différents acteurs concernés afin de participer à la mise en place d'un plan de déconfinement dans tous les secteurs d’activités qui sont liés au BTPH". S’agissant de la situation des entreprises qui sont à l’arrêt, M. Kheloufi a souligné qu’après la levée des mesures du confinement sanitaire, un état des lieux de la situation des entreprises, notamment en matière de pertes, sera établi par l’Association. Lors du Conseil des ministres, réuni dimanche, il a été décidé la levée progressive du confinement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics suivant un plan étudié par le Premier ministère en collaboration avec le ministère de la Santé et le Comité scientifique. Avant même l'apparition de la pandémie du coronavirus en Algérie, en février dernier, l’année 2019 a été déjà une année blanche pour les entreprises du secteur du BTPH du fait des poursuites judiciaires engagées contre des patrons du secteur pour des affaires de corruption. En plus, le secteur de la construction a été fortement impacté par les mesures de confinement sanitaire imposées par le coronavirus avec plus de 24.000 entreprises du bâtiment à l’arrêt, avait indiqué récemment le DG du logement au ministère de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Anis Bendaoud. Il avait aussi souligné qu’en début de cette année, il était prévu de remettre plus 450.000 logements à leurs bénéficiaires, une opération entravée par la pandémie du Covid-19 qui a obligé les entreprises notamment au niveau des grandes wilayas de mettre leurs chantiers à l’arrêt et leurs travailleurs en congé forcé.

R.N.