Imprimer
Catégorie : Actualite

Plusieurs pays, en plein déconfinement, voient le nombre de contaminations et de décès liés au nouveau coronavirus (Covid-19) repartir à la hausse, suscitant une inquiétude grandissante dans le monde quant à une seconde vague épidémique jugée "très probable" par des chercheurs.

Dans la foulée de cette crainte, l’OMS a de nouveau mis en garde que la pandémie de Covid-19 continue de s'accélérer dans le monde, avec "le dernier million de cas signalé en seulement huit jours".  Alors que de nombreux pays sont entrés dans une phase de déconfinement pour relancer leurs économies, notamment en Europe, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a qualifié récemment cette nouvelle phase de "dangereuse", estimant que malgré le besoin de sortir du confinement, le virus restait "mortel". Le patron de l'OMS a également appelé les gouvernements et les sociétés à se préparer à d'éventuelles futures pandémies qui pourraient survenir "dans n'importe quel pays à n'importe quel moment et tuer des millions de personnes parce que nous ne sommes pas préparés". L'OMS a dit espérer "de façon très optimiste" que des centaines de millions de doses d'un vaccin seraient disponibles à la fin de l'année et deux milliards de doses en 2021. Mais le vaccin, dont plus de 200 sont à l'étude à travers le monde, est encore à mettre au point. La pandémie du Covid-19 a fait au moins 472.173 morts dans le monde depuis que la Chine a fait officiellement état de l'apparition de la maladie en décembre 2019, selon un nouveau bilan officiel communiqué mardi. Plus de 9.116.250 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 4.437.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 120.402 décès pour 2.312.302 cas.           Les pays les plus touchés sont aussi le Brésil avec 51.271 morts pour 1.106.470 cas, le Royaume-Uni avec 42.647 morts (305.289 cas), l'Italie avec 34.657 morts (238.720 cas), et la France avec 29.663 morts (197.251 cas), selon des chiffres officiels.

La deuxième vague aurait déjà commencé en Corée du Sud

Les autorités sud-coréennes étaient parvenues à maîtriser la crise sanitaire liée au Covid-19 à travers une stratégie très poussée de tests et de traçage des contacts des personnes infectées, sans même imposer de confinement obligatoire. Toutefois, Séoul a reconnu mardi que le pays luttait depuis mi-mai contre "une deuxième vague" de coronavirus, avec entre 35 et 50 nouveaux cas répertoriés chaque jour, essentiellement dans la capitale et ses environs, peu après l’assouplissement des consignes de distanciation sociale et le retour à un fonctionnement normal. "Nous pensons que la deuxième vague dure depuis les vacances de mai", a déclaré le directeur des Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC), Jung Eun-kyeong. Des mesures de distanciation sociale ont été réimposées fin mai après l'apparition de foyers de contamination à Séoul et à proximité. La plupart des cas enregistrés ces trois dernières semaines ont cependant été importés. Au total, 46 nouveaux cas ont été répertoriés mardi, portant le total national à 12.484. Sur les 46, 30 étaient des passagers arrivés de l'étranger. Outre la Corée du Sud, plusieurs pays ont annoncé un nouveau confinement ou repoussé le déconfinement après avoir assoupli les consignes sanitaires, et ce à la suite de l’augmentation ou la réapparition de nouveaux cas de Covid-19. Ainsi, Pékin (Chine) est à nouveau sur le pied de guerre depuis la découverte la semaine passée d’un nouveau foyer épidémique de Covid-19. Après deux mois sans un nouveau cas officiellement détecté, les Pékinois recommençaient à vivre normalement. Mais les restrictions sont de retour. Le nouveau foyer se trouve au marché de gros, le plus grand de la capitale Pékin. Il est fermé depuis le13 juin depuis que des employés et des personnes le fréquentant sont tombés malades. Le premier nouveau cas a été détecté le 30 mai. Mais la Chine a affirmé que le regain de contaminations au coronavirus, notamment à Pékin, était "sous contrôle", écartant le risque d'une nouvelle propagation de l’épidémie. En Europe, le continent le plus affecté par la pandémie de Covid-19, avec près de 2 millions de cas, dont 169 932 mortels, principalement au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne, le risque d’une seconde vague épidémique n’est pas aussi à exclure.             Dans ce contexte, la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, est catégorique: "Il y aura une deuxième vague épidémique en Europe et le continent doit s'y préparer dès maintenant". La question est aussi de savoir "quand et de quelle ampleur" sera cette vague, a-t-elle affirmé dans un récent entretien au quotidien britannique The Guardian. "Je ne veux pas dresser une image catastrophique, mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n'est pas le moment, maintenant, de se relâcher complètement", a-t-elle ajouté en référence au déconfinement en cours dans plusieurs pays du Vieux continent. De son côté, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a dit récemment que l’Alliance se préparait pour une éventuelle seconde vague de la pandémie de coronavirus et allait constituer des stocks d'équipements et de matériel médical pour l'affronter. En Italie, des autorités médicales tirent la sonnette d'alarme sur les dangers d'une seconde vague du coronavirus dans le pays face au relâchement général de la population. "Nous ne pouvons pas exclure une nouvelle vague à l'automne", a prévenu Massimo Galli, spécialiste des maladies infectieuses de l'hôpital Sacco de Milan. A ce jour, le virus a fait 34.657 morts dans toute la péninsule et les chiffres des contaminations quotidiennes restent stables. En fin de semaine dernière cependant, les autorités sanitaires ont appelé à la "prudence" après avoir observé des "signaux d'alerte liés à la transmission" du Covid-19, avec notamment deux foyers à Rome, soulignant que "la circulation du virus est encore importante".

R.N.