L’Organisation internationale du Travail demande que des mesures soient prises pour protéger les travailleurs migrants bloqués actuellement et pour s’assurer que celles et ceux qui rentrent dans leurs pays d’origine puissent se réinsérer.

Contraints de rentrer chez eux après avoir perdu leur travail suite à la pandémie de COVID-19, des dizaines de millions de travailleurs migrants sont désormais confrontés au chômage et à la pauvreté dans leurs pays d’origine, avertit l’Organisation internationale du Travail (OIT). Avec l’assouplissement des mesures de confinement, des millions de travailleurs migrants pourraient se voir obligés de rentrer chez eux dans des pays à bas revenu et à revenu intermédiaire dans lesquels le marché du travail, qui était déjà précaire avant le COVID-19, est désormais mis à rude épreuve en raison du niveau de chômage élevé et des graves difficultés que traversent les entreprises en raison de la pandémie. En outre, leurs familles vont souffrir sur le plan financier de la perte des transferts de fonds qu’elles reçoivent habituellement. Dans le même temps, d’autres travailleurs migrants se retrouvent bloqués dans les pays hôtes en étant privés d’accès à la protection sociale et avec très peu d’argent pour acheter de quoi se nourrir et pour se loger. Même ceux qui ont du travail doivent subir une baisse de leurs salaires tout en étant obligés de vivre dans des logements de chantier exigus où la distanciation physique est impossible, augmentant ainsi le risque pour eux de contracter le virus. Alors que de nombreux travailleurs migrants, en particulier des femmes, accomplissent un travail essentiel dans leurs pays d’accueil pendant la pandémie, notamment dans le secteur des soins et le secteur agricole, celles et ceux qui travaillaient dans d’autres secteurs ont perdu leur emploi ou, lorsqu’ils continuent à travailler, le font dans le secteur informel. «Potentiellement, il s’agit d’une crise au sein même de la crise», affirme Manuela Tomei, Directrice du Département des conditions de travail et de l’égalité à l’OIT. «Nous savons que plusieurs millions de travailleurs migrants qui ont été confinés dans les pays dans lesquels ils travaillaient ont perdu leur emploi, et doivent à présent rentrer dans leurs pays d’origine qui sont déjà aux prises avec une économie chancelante et une augmentation du chômage. Il est donc essentiel de faire appel à la coopération et à la planification pour éviter une crise plus grave.» On estime qu’il y a 164 millions de travailleurs migrants dans le monde – près de la moitié étant des femmes – qui représentent 4,7 pour cent de la main-d’œuvre mondiale. Même si tous ces travailleurs ne rentreront pas chez eux – par suite de la perte de leur emploi ou pour d’autres raisons – les données recueillies par l’OIT dans une vingtaine de pays indiquent que plusieurs millions d’entre eux comptent bien le faire . “Nous savons que plusieurs millions de travailleurs migrants qui ont été confinés dans les pays dans lesquels ils travaillaient ont perdu leur emploi, et doivent à présent rentrer dans leurs pays d’origine qui sont déjà aux prises avec une économie chancelante et une augmentation du chômage.»

Manuela Tomei, Directrice, Département des conditions de travail et de l’égalité à l’OIT

La plupart des pays d’origine n’ont que des possibilités limitées pour réinsérer un si grand nombre de personnes et, souvent, ils ne disposent ni de mesures politiques, ni de systèmes en place pour assurer une gouvernance efficace en matière de migration de main-d’œuvre, ni de plans de réinsertion en douceur qui incluraient le développement des compétences et la reconnaissance de ces dernières. Notamment en Asie et en Afrique, les gouvernements s’attendent à voir revenir des millions de travailleurs migrants ayant vu s’envoler la possibilité pour eux de trouver un emploi, que ce soit de manière contrainte ou volontaire. Plusieurs notes d’information et d’orientation conçues par l’OIT à propos des effets de la pandémie de COVID-19 sur les travailleurs qui sont soit des migrants, soit des réfugiés ou des personnes déplacées de force, mettent l’accent sur les graves conséquences sociales et économiques qui risquent de se produire si les retours ont lieu dans un court laps de temps et si les migrants ne bénéficient pas de mesures de protection sociale ou s’ils ne reçoivent aucune aide pour réintégrer leur marché du travail national. Les informations rassemblées par l’OIT montrent également que les travailleurs migrants qui retournent chez eux ramènent des compétences et des talents qui peuvent aider l’économie de leurs pays d’origine à mieux reconstruire après la pandémie. Cependant, il existe une clé indispensable pour débloquer cet apport potentiel: il faut organiser un retour et une réinsertion ordonnés et basés sur les droits de la personne, sur l’accès à la protection sociale et sur la reconnaissance des compétences en bonne et due forme. Tout ceci est en mesure de faciliter l’adéquation des compétences et des emplois, permettant ainsi d’augmenter la productivité industrielle dans le pays. “Si nous prenons les bonnes mesures, le retour de ces travailleurs peut contribuer à la relance économique.»

Michelle Leighton, Cheffe, Département des migrations de main-d’œuvre à l’OIT

Par ailleurs, les travailleurs migrants peuvent également apporter un savoir-faire ainsi que des capitaux permettant de créer de nouveaux commerces en mesure de contribuer à l’augmentation des offres d’emploi. Venir en aide aux migrants de retour chez eux peut également réduire les tensions dans leurs pays d’origine, au sein desquels certaines populations peuvent craindre que ces migrants rentrant au pays ne ramènent le virus dans leurs bagages ou viennent prendre leurs emplois. Donner la possibilité aux migrants de retour au pays de reconstruire leurs moyens de subsistance leur permettra également de rembourser les dettes éventuelles contractées au moment de leur recrutement pour partir à l’étranger, en leur évitant ainsi le risque du travail forcé et de la traite, ou encore de les voir reprendre un chemin migratoire par des canaux illégaux. «Si nous prenons les bonnes mesures, le retour de ces travailleurs peut contribuer à la relance économique», explique Michelle Leighton, Cheffe du Département des migrations de main-d’œuvre à l’OIT. «Ces migrants vont emporter avec eux de nouveaux talents et de nouvelles compétences et, dans certains cas, des capitaux qui pourront venir en soutien des efforts entrepris dans leurs pays d’origine pour mieux reconstruire. Nous devons aider ces pays à saisir cette opportunité.» Les documents publiés par l’OIT comprennent une série d’évaluations de l’impact du COVID-19 sur les travailleurs migrants en Jordanie, au Liban, dans la région de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique (ANASE), sur les programmes de travailleurs saisonniers ainsi que sur les travailleurs réfugiés et sur d’autres personnes déplacées. Ils incluent également des notes d’orientation afin d’optimiser les aspects positifs de la vague de migrants rentrant au pays, y compris en ce qui concerne les procédures de reconnaissance des compétences acquises, l’assurance d’un recrutement équitable, l’extension de la couverture sociale, l’aide pour trouver un emploi ou pour se tourner à nouveau vers la migration sans courir de risques.

M.B.