Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout a insisté, samedi, sur l’application de la circulaire réglementaire et du protocole préventif sanitaire relatif à l’organisation des examens du BEM et du Baccalauréat, prévus en septembre prochain, pour "garantir" la réussite de ce rendez-vous, en cette conjoncture sanitaire exceptionnelle que traverse le pays suite à la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

Présidant une conférence avec les directeurs de l’Education des wilayas par visioconférence, le ministre a insisté sur l’impératif de mettre en œuvre toutes les instructions prévues dans la circulaire réglementaire et le protocole préventif sanitaire relatif à l’organisation des deux examens et d’exiger de tous les encadreurs -chacun selon sa fonction et ses prérogatives- la mise en application de leurs contenus pour "réunir toutes les conditions réglementaires et sanitaires idoines pour le bon déroulement de ces deux examens, de manière à garantir la réussite de cet important rendez-vous". L’organisation du déroulement et de la correction des examens du BEM et du Baccalauréat (session 2020) sera marquée par "la mise en œuvre des mesures préventives et sanitaires rigoureuses garanties par un protocole préventif sanitaire élaboré par le ministère de l’Education nationale et validé par le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, un protocole que tous les chefs de centres et l’ensemble des travailleurs sont tenus de respecter", a-t-il précisé. Et d'ajouter: ce protocole vise essentiellement à "assurer la sécurité sanitaire des candidats et des encadreurs et à éviter la propagation de cette pandémie, en application du décret exécutif N 20-69 du 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention contre la propagation du nouveau Coronavirus (COVID -19) et l’ensemble des textes subséquents". Lors de cette conférence consacrée à l’évaluation des préparatifs et mesures liés aux examens scolaires nationaux session 2020, M.Ouadjaout a instruit les directeurs de l’éducation "d’organiser des réunions avec les chefs de centres et les encadreurs, toutes catégories confondues, pour insister sur la prise de toutes les mesures préventives et sanitaires nécessaires et l'application stricte du protocole tout au long des périodes des examens, de la collecte des copies et de la correction afin de préserver la santé et la sécurité de tous". Pour concrétiser ces mesures et assurer l’organisation des deux examens dans des conditions normales, le ministre a souligné la nécessité d’appliquer strictement toutes les mesures préventives contenues dans le protocole en question. Evoquant le phénomène d'absentéisme marquant les examens, le ministre de l’éducation a indiqué que "cette question relève des prérogatives directes des directeurs de l’éducation qui sont tenus, dans ce cadre, d’informer et d'avertir, à grande échelle, les parties concernées avant le lancement des deux examens et de les sensibiliser à leur rôle important, au service de nos enfants et du système éducatif". Pour le ministre, il est primordial de tenir informer l’ensemble des encadreurs, le secrétariat, les surveillants et le personnel chargé de l’organisation et du suivi, des nouvelles sanctions applicables aux tricheurs et complices, et qui vont de simples sanctions administratives et pédagogiques à des sanctions pénales».

Education nationale-année 2019:  l'exploitation de la liste d'attente relative aux examens professionnels autorisée

Il a rappelé, à ce propos, que les actes répréhensibles qui portent atteinte à la crédibilité des examens sont "criminalisés par le dernier code pénal conformément à la loi numéro 20-06 du 28 avril 2020 modifiant et complétant l’ordonnance numéro 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal, précisément dans le chapitre 9 intitulé "De l’Atteinte à l’intégrité des examens et concours», notamment les articles 253 bis 6 et 253 bis 12". M.Ouadjaout a évoqué, par ailleurs, le rôle important que joue la commission de wilaya de coordination et de suivi, présidée par le Wali et chargée de la préparation matérielle des deux examens et la mise en place de tous les moyens requis pour leur réussite, notamment les volets réglementaire, sécuritaire, préventif et sanitaire. Aussi, a-t-il exhorté les responsables à s’impliquer dans la préparation des examens et s’enquérir du respect des consignes envisagées dans les centres de déroulement, et à recenser les insuffisances difficiles à pallier pour les soulever lors des assises de coordination de la commission de wilaya afin de trouver les solutions, avant le début des examens. Compte tenu de la conjoncture sanitaire que traverse l’Algérie, à l’instar des autres pays, du fait de la Covid-19, il a été décidé de l’annulation de l’examen de cinquième (5ème) et la tenue des épreuves de l’examen du Brevet d’enseignement moyen (BEM) et du BAC, respectivement les deuxième et troisième semaines du mois de septembre.

T.A.