Les intervenants au 10ème jour de la campagne pour le référendum sur le projet d'amendement de la Constitution, prévu le 1er novembre prochain ont soutenu que ce projet servirait à l'édification d'une Algérie nouvelle dotée de fortes institutions, à amorcer le changement et à stabiliser le pays.

Le secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Abou Fadl Baâdji a mis l'accent dans un meeting à Boumerdès sur l'importance que revêt le projet d'amendement de la Constitution devant être soumis à référendum, dans "l'édification d'une Algérie nouvelle dotée de fortes institutions et d'un système juridique solide". "Nous avons demandé aux militants du parti de voter en faveur de ce projet, compte tenu des articles importants inclus réduisant les prérogatives du pouvoir unique, faisant de l'article sur les mandats un article intangible et permettant la mise en application de l'ensemble des réformes prévues liées à la gestion des rouages de l'Etat post-référendum", a-t-il expliqué. Pour sa part, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, a affirmé de Sétif que "la nouvelle Algérie ne pourra être édifiée sans de nouvelles chartes et lois", ajoutant que le projet d’amendement constitutionnel soumis au référendum apportera de nombreux avantages et points positifs qui participeront à stabiliser le pays. Le secrétaire général du RND a estimé, dans ce contexte, que "la Constitution de 2016 a réglementé l'une des étapes traversées par l'Algérie", mais aujourd'hui, a-t-il dit, "il devient nécessaire de corriger les dysfonctionnements qu'elle renferme dans de nombreux domaines", ajoutant que "l’édification d'une nouvelle Algérie ne peut se faire avec une Constitution contenant de nombreuses anomalies." De son côté, le membre du bureau national du Front El Moustakbel, Chamseddine Oumdour, a appelé depuis Guelma à voter "oui" au projet d'amendement de la Constitution soumis au référendum le 1er novembre prochain. Il a, dans ce contexte, attesté que le projet d'amendement constitutionnel "répond à la revendication populaire de changement, exprimée lors du Hirak du 22 février 2019. M. Oumdour a ajouté que "le Front El Moustakbel approuve le projet d’amendement constitutionnel soumis au référendum compte tenu "des changements profonds qu'il apporte et des perspectives de développement de l'Algérie", relevant que "les plus importants articles contenus dans ce projet ont un rapport direct avec le vécu quotidien des citoyens et assurent au peuple algérien sa dignité." Le secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui a déclaré, quant à lui, à Blida, que le projet de révision de la Constitution apporte un "changement positif aux Algériens en général et aux agriculteurs en particulier et garantira le changement des anciennes mentalités". Le projet de révision de la Constitution prévoit, entre autres, "l’indépendance de la justice et la garantie d'une bonne gouvernance à travers la Cour constitutionnelle, ainsi que la préservation des droits de tous les citoyens, particulièrement les agriculteurs", a-t-il précisé. Pour sa part, le vice-président du Mouvement El Bina, Ahmed Dane, a affirmé à Batna que "voter oui" pour le projet de l’amendement constitutionnel "constitue la meilleure option pour le peuple algérien." "L'importance de cette option est évidente du fait que l'Algérie s'est engagée dans une nouvelle ère de réformes qui doivent se poursuivre", a souligné M. Dane lors d'un meeting animé à la Maison de la culture Mohamed Laid El Khalifa, au chef-lieu de wilaya, en présence des dirigeants du parti et ses militants dans le cadre de la campagne référendaire, considérant l'amendement de la Constitution comme une "partie de ces réformes." Pour le président du Mouvement El-Islah, Filali Ghouini, sa formation politique a appelé à voter "oui" à ce scrutin parce qu'il répond aux préoccupations soulevées par les Algériens. Il a ajouté que sa formation politique a noté "plusieurs éléments positifs" contenus dans ce projet, sur lesquels sera articulée l'Algérie nouvelle.

R.N.