Imprimer
Catégorie : Actualite

 

L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) a plaidé lundi pour une réforme des mesures publiques de soutien aux combustibles fossiles qui, même si leur importance semble se réduire, demeurent coûteuses et nuisent à la lutte contre le réchauffement climatique.

Ces soutiens, qui favorisent la production ou la consommation de ces combustibles, ont représenté 160 à 200 milliards de dollars par an durant la période 2010-2014, principalement en faveur des produits pétroliers, selon l'OCDE, qui a recensé près de 800 mesures appliquées dans ses 34 pays membres et six pays émergents (Afrique du Sud, Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Russie). "Non seulement les subventions en faveur des combustibles fossiles compromettent les efforts entrepris pour atténuer le changement climatique, mais elles constituent aussi une politique coûteuse, source de nombreuses distorsions", écrit l'organisation internationale dans son "Rapport accompagnant l'inventaire OCDE des mesures de soutien pour les combustibles fossiles".   "Ces subventions accentuent le risque de perpétuer pendant des années, voire des décennies, des technologies polluantes contenues dans des biens d'équipement à longue durée de vie", poursuit-elle.   En cette période de morosité économique, elles sont aussi "susceptibles de grever le budget des Etats en faisant augmenter les dépenses publiques ou diminuer les recettes fiscales, et ce alors que de nombreux pays s'efforcent, par des mesures draconiennes, de réduire leur dette publique", ajoute-t-elle.

APS