Les matières premières ont évolué au cours de la semaine écoulée dans des directions opposées, sous l'influence d'une révision en hausse de la croissance américaine et de la contraction de l'activité manufacturière chinoise, confirmant l'essoufflement persistant de la croissance de la deuxième économie mondiale.

 

Les cours du pétrole ont fini la semaine en hausse, profitant un peu d'une révision en hausse de la croissance américaine au dernier trimestre, mais sans s'écarter des niveaux autour desquels ils tournaient depuis début septembre. A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne du brut, pour livraison en novembre, est monté à 48,60 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), contre 47,47 dollars une semaine plus tôt. Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en novembre a progressé à 45,70 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), contre 44,68 dollars le vendredi précédent. Le café a souffert de la dégringolade du réal brésilien la semaine précédente, tandis que le cacao profitait toujours des inquiétudes sur la production d'Afrique de l'Ouest pour la saison prochaine, et que le sucre a tenté de se stabiliser. Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en novembre valait 1.579 dollards vendredi, contre 1.567 dollars le vendredi précédent. Sur l'ICE Futures US de New York, la livre d'ARABICA pour livraison en décembre valait 120,60 cents, contre 119,55 cents sept jours auparavant. Les cours du sucre tentaient de se stabiliser en fin de semaine, grâce aux chiffres d'Unica, principal groupement d'industriels du secteur du sucre au Brésil, même s'ils demeurent sous la pression du réal et de la surabondance d'offre qui plombe le marché depuis plusieurs années. A Londres, la tonne de SUCRE BLANC pour livraison en décembre valait

354,60 dollars, contre 353,40 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de SUCRE BRUT pour livraison en mars valait 12,16 cents, contre 11,47 cents sept jours auparavant pour livraison en octobre.   Les tarifs du cacao sur le Liffe de Londres ont grimpé jeudi à leur plus haut niveau en quatre an toujours soutenus par les inquiétudes sur la production d'Afrique de l'Ouest. A Londres, la tonne de CACAO pour livraison en décembre valait 2.250 livres sterling, contre 2.209 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en décembre valait 3.303 dollars, contre 3.326 dollars sept jours plus tôt.  Les cours du blé bénéficiait d'intempéries et d'un rebond technique et ceux du soja et du maïs se sont redressés à Chicago, portés par de bonnes nouvelles du côté des exportations.  Le boisseau de blé pour décembre, également le plus actif, valait 5,0775 dollars contre 4,8675 dollars précédemment (+4,31%). Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le contrat le plus actif, a fini la semaine à 3,8900 dollars, contre 3,7725 à la fin de la semaine dernière (+3,11%).   Le boisseau de soja pour novembre, lui aussi le plus échangé, coûtait

8,8925 dollars, contre 8,6725 dollars (+2,54%). L'or a progressé retrouvant un peu de son statut de valeur refuge sur fond d'inquiétudes sur l'essoufflement de la Chine, deuxième économie mondiale. L'argent a de son côté été plus inquiété que l'or par les craintes d'un ralentissement économique en Chine, du fait de son utilisation industrielle qui compte pour plus de la moitié de la demande de ce métal. L'argent a toutefois réussi à repasser au-dessus du seuil psychologique des 15 dollars l'once jeudi.   Sur le London Bullion Market, l'once d'or a terminé à 1.146,65 dollars vendredi, contre 1.141,50 dollars le vendredi précédent. L'once d'argent a clôturé à 14,99 dollars, contre 14,58 dollars il y a sept jours. Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont été de nouveau lestés par les inquiétudes concernant l'essoufflement de l'économie chinoise, après une nouvelle contraction de l'activité manufacturière dans le pays. Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 5.045,50 dollars vendredi, contre 5.301,50 dollars le vendredi précédent, l'aluminium valait 1.571 dollars la tonne, contre 1.622 dollars, le plomb valait

1.682,50 dollars la tonne, contre 1.684 dollars, l'étain valait 15.105 dollars la tonne, contre 14.925 dollars, le nickel valait 9.920 dollars la tonne, contre 9.805 dollars et le zinc valait 1.640,50 dollars la tonne, contre 1.694,50 dollars.

APS