Imprimer
Catégorie : Actualite

Le prix du panier de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le pétrole algérien, a terminé la semaine à plus de 43 dollars le baril, selon les données de l’Organisation publiées sur son site web.

Ce panier de référence de l'OPEP (ORB), s’est établi à 43,12 dollars le baril en fin de la semaine contre 43, 05 dollars mercredi dernier, précise la même source. L’ORB avait entamé le mois courant à 35,89 dollars avant de s’améliorer entre 41 et 43 dollars, soutenu notamment les avancées annoncées par différents laboratoires dans le monde sur le développement d’un vaccin réduisant le risque d’atteinte de la Covid-19. Le baril de Brent de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres, sur lequel est établi le pétrole algérien, a également terminé la séance de vendredi en hausse de 1,72% ou 76 cents par rapport à la clôture de jeudi, à 44,96 dollars. Ces annonces donnent de l’espoir aux acteurs du marché pétrolier sur une reprise de la demande mondiale d’énergie, affectée depuis le printemps dernier par la pandémie du Covid-19. D’autre part, la 12éme réunion ministérielle de l'OPEP et non-OPEP, prévue dans dix jours, par vidéoconférence est très attendue par les investisseurs. Cette réunion sera précédée de la 180ème réunion de la Conférence de l'OPEP le 30 novembre courant. Il sera question notamment lors de ces réunions d’examiner les recommandations du Comité ministériel mixte de suivi Opep et Non Opep(JMMC), retenues lors de sa 24éme réunion. Le Comité a noté que ‘’des mesures plus strictes de confinement du COVID-19 sur tous les continents, y compris des verrouillages complets, ont un ‘impact sur le rebond de la demande de pétrole et que les risques et incertitudes sous-jacents restent élevés’’. A cet effet, "tous les pays participants doivent être vigilants, proactifs et prêts à agir, si nécessaire, selon les exigences du marché", a recommandé le JMMC. L'accord de l’Opep+ en vigueur a été entamé en début mai dernier avec une réduction de la production pétrolière de 9,7 mb/j avant de passer au retrait volontaire actuel du marché qui est de 7,7 millions de barils prévu jusqu’à la fin de l’année en cours. Entre mai et octobre 2020, les pays membres de l'OPEP et les pays non membres de l'Organisation ont contribué à réduire l'offre mondiale d'environ 1,6 milliard de barils, y compris des ajustements volontaires, ce qui a été essentiel au rééquilibrage du marché.

APS