Imprimer
Catégorie : Actualite

 

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu samedi à Alger la ministre française de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Ségolène Royal en visite officielle en Algérie. L'audience s'est déroulée en présence du ministre de l'Industrie et des Mines

, Abdesselam Bouchouareb, du ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelouahab Nouri, du ministre de l'Energie Salah Khebri, et de M. Youcef Yousfi, ministre, conseiller auprès du président de la République, chargé des questions de l'énergie. La ministre française est arrivée vendredi à Alger pour une visite de deux jours qu'elle effectue dans le cadre de la préparation de la Conférence internationale sur le changement climatique (COP 21) prévue à Paris en décembre prochain.

 

L'Algérie investit beaucoup dans les énergies renouvelables

L'Algérie est un pays qui investit beaucoup dans le cadre de la transition énergétique notamment en matière d'énergies renouvelables, a indiqué, avant-hier à Alger, la ministre française de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal. Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une audience que lui a accordée le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, Mme Royal a déclaré que l'Algérie, qui est un pays "clé" dans le monde car producteur d'énergie fossile, investit beaucoup dans les énergies renouvelables, le traitement des déchets et l'assainissement de l'eau dans le cadre de la transition énergétique. Elle a relevé l'existence de plusieurs chantiers en Algérie dans le cadre de la transition énergétique, soulignant l'importance de mettre en valeur tous les investissements réalisés en la matière lors de la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP-21) prévue à Paris en décembre prochain. La ministre française a indiqué, dans ce sens, avoir remis au président Bouteflika "une lettre de son homologue français, François Hollande, qui le remercie de son engagement pour la COP-21". "La France compte beaucoup sur l'Algérie pour réussir la Conférence de Paris sur le climat", a-t-elle affirmé, rappelant que l'Algérie a, dès le 20 septembre dernier, envoyé sa contribution sur le sujet. Mme Royal a indiqué, en outre, avoir échangé avec le chef de l'Etat des questions climatiques et de sécurité qui seront examinées lors de la COP-21. Elle a ajouté, aussi, avoir abordé avec le président de la République des questions scientifiques notamment la biodiversité, relevant que le président Bouteflika "est très soucieux, impliqué et fin connaisseur de toutes les filières scientifiques".

La France veut renforcer son partenariat avec l’Algérie dans les énergies renouvelables

La ministre française de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, a exprimé samedi soir à Alger le souhait de son pays de renforcer le partenariat avec l’Algérie dans les énergies renouvelables. "C'est très important que la France et l'Algérie renforcent leur partenariat notamment dans les domaines de l'énergie renouvelable, l'économie circulaire (la transformation les déchets en matière première) et les sujets liés à biodiversité", a-t-elle indiqué lors d'un point de presse à l'issue de sa visite de deux jours en Algérie. Elle s'est félicitée de l'engagement de l'Algérie à augmenter la part des énergies renouvelables dans la production de l'électricité à hauteur de 27% à l'horizon 2030 qualifiant cet objectif d’ambitieux". Mme Royal a fait part dans ce sens de la volonté de la partie française de promouvoir le partenariat bilatéral dans la gestion de l’eau et l'assainissement. Evoquant la conférence de Paris sur les changements climatiques (COP-21), prévue en décembre prochain, Mme Royal a réaffirmé que la France avait besoin d'un pays comme l'Algérie pour assurer sa réussite. Les représentants de 195 pays sont attendus à la COP 21 pour négocier, sous l'égide des Nations Unies, un accord mondial visant à freiner le réchauffement climatique. L'Algérie plaidera, lors de cette conférence, pour un accord "juste et équilibré" qui tiendra compte de la responsabilité historique des pays industriels dans le réchauffement climatique, selon le ministère des Ressources en eau et de l'environnement. "Mon déplacement en Algérie était fructueux car j'ai échangé avec les responsables algériens sur la question de la Méditerranée ", a-t-elle encore dit. Lors de sa visite, Mme Royal a été reçue par plusieurs responsables algériens, dont le président de la République Abdelaziz Bouteflika et le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Elle s’est rendue également à plusieurs installations relevant de la protection de l'environnement.

R.N.