L’engagement du gouvernement algérien avec l’ensemble des Etats et Organisations internationales dans le cadre de la mise en place de stratégies de lutte contre les changements climatiques a été réaffirmé, dimanche à Alger à l’occasion de la tenue d’une Conférence internationale sur les changements climatiques. 

"Cette conférence (d'Alger) confirme l’engagement politique du gouvernement algérien de se solidariser avec l’ensemble des Etats et des Organisations internationales autour d’actions visant à mettre en oeuvre des stratégies appropriées de lutte contre les changements climatiques dans le cadre de la Convention cadre des Nations-Unies", a indiqué le directeur général de l’Agence spatiale algérienne (ASAL), Azzedine Oussedik. S’exprimant à l’ouverture de cette conférence, M. Oussedik a ajouté que l’Algérie soutient des actions visant à réduire les effets négatifs sur l'environnement, les ressources naturelles, la santé et le territoire. La conférence internationale d’Alger qui se déroule sous le thème "Les changements climatiques: une réalité à prendre en compte dans les trajectoires de développement: modélisation, outil spatial et adaptation", intervient à quelques semaines de l’organisation de la conférence des Parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP-21), prévue à Paris le mois de décembre 2015. En ce sens, M. Oussedik a précisé que l’Algérie a procédé, à l’issue de la conférence des parties de la conventions des Nations Unies tenue en 2014, à la révision de son cadre institutionnel et réglementaire en matière d’efficacité énergétique et de la promotion des énergies nouvelles et renouvelables. Il a également relevé l’institution d’un Comité national climat (CNC), placé sous l’autorité du ministère chargé de l’Environnement et composé de représentants des départements ministériels concernés et du Conseil national économique et social (CNES).  "Ce comité vise à renforcer le dispositif institutionnel et à assurer la coordination, le suivi et l’évaluation des politiques et des programmes nationaux relatifs aux changements climatiques et à proposer les mesures destinées à assurer la mise en oeuvre des engagements souscrits par l’Algérie dans le cadre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC)", a-t-il indiqué. Pour ce qui est des objectifs de la conférence d’Alger, il a précisé qu’il s’agit de faire le point sur la question des changements climatiques et leurs impacts potentiels sur divers secteurs d'activité et milieux naturels en Afrique du Nord et dans la région sahélo-saharienne, l'indentification des voies et moyens pour approfondir la connaissance scientifique de la région ainsi que le partage des expériences et des bonnes pratiques en matière de stratégies d'adaptation sectorielles, nationales et régionales pour l'identification des axes potentiels de coopération régionale dans le domaine. Dans le même sillage, M. Oussedik a réitéré la "disponibilité" de l’ASAL à mettre à la disposition des pays africains les données satellitaires issues des systèmes spatiaux algériens et à monter des projets conjoints de coopération autour de ces problématiques.  Par ailleurs, un hommage à titre posthume a été rendu par les participants à cette conférence à trois chercheurs et météorologues algériens décédés en 2014. Il s’agit des défunts Mostefa Kara Kamel, Mohamed Senouci et Djamel Boucherf.