Le Conseil de la Nation a exprimé, sa "profonde satisfaction" de la "franchise" et de la "clarté" du discours du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, adressé jeudi soir à la nation, indique un communiqué du bureau de la chambre haute du Parlement.

"Le bureau du Conseil de la Nation, présidé par M. Salah Goudjil, président du Conseil de la nation par intérim, a suivi avec un grand intérêt le discours adressé jeudi par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à la nation. Le bureau du Conseil de la Nation tient à cet égard à exprimer sa profonde satisfaction quant à la franchise et la clarté qui ont caractérisé ce discours (...)", lit-on dans le communiqué. Le discours du Président Tebboune "augure de l'entame par l'Algérie d'une période cruciale et importante dans son histoire qui aboutira sans nul doute au retour de la parole au peuple en sa qualité de source de tout pouvoir et de la légitimité aux institutions de l'Etat, car il comporte autant de signes qui posent les jalons de l'édification de la nouvelle République", estime la même source. "Ce discours est un bilan de tout ce qui a été entrepris et réalisé durant l'année écoulée en dépit de la pandémie de la Covid-19 qui a affecté l'ensemble des pays du monde. Il constitue en outre, une preuve irréfutable de la sincérité de la relation qui lie le Président de la République au peuple dans une période cruciale pour le devenir du pays qui exige évaluation, réforme et redressement", souligne le communiqué. Saluant les "décisions historiques" prises par le Président de la République dans son discours, le bureau du Conseil de la Nation a affirmé que "le temps est venu pour tout un chacun à mettre en avant l'esprit nationaliste et à placer l'intérêt du pays et de la collectivité au-dessus de tout intérêt personnel", appelant, à cet égard, la société civile, la classe politique, les élites intellectuelles et l'ensemble des institutions nationales à "contribuer à l'élaboration et à la mise en œuvre de stratégies pour cette nouvelle étape et à la dynamique de développement". Par ailleurs, le bureau du Conseil de la Nation a appelé les citoyens, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la cohésion entre le peuple et son Armée pour la démocratie, à "s'inspirer des principes et des valeurs de la Révolution du 1er Novembre, ainsi que des sacrifices de leurs aïeux les Martyrs pour relever le défi de l'édification de la nouvelle République et celui du renforcement de l'immunité des Institutions afin de contrecarrer toute tentative d'atteinte à la stabilité du pays et à la cohésion du tissu social", conclut le communiqué.

Des partis politiques saluent les décisions annoncées

Des partis politiques se sont félicités, des décisions annoncées par le Président de la République, lors de son dernier discours à la Nation, affirmant que ces décisions reflétaient "la forte" volonté" du Président Tebboune à concrétiser ses engagements envers le peuple. Le parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR) s'est dit, dans ce sens, satisfait du bilan de la 1e année du mandat présidentiel, notamment le début de concrétisation des grands engagements électoraux, à l'instar de l'amendement de la Constitution, le renouvellement des institutions élues, le relèvement du salaire national minimum garanti (SNMG), l'annulation de l’impôt sur le revenu global (IRG) pour les faibles revenus, la prise en charge progressive des zones d'ombre et l'efficacité des mesures préventives contre la propagation de la Covid-19. Dans un communiqué publié suite au discours prononcé, à l'occasion de la Journée nationale du Chahid par le Président de la République, l'ANR a relevé avec satisfaction la série de décisions prises, notamment la grâce présidentielle au profit de nombre de détenus, la dissolution de l'Assemblée populaire nationale (APN), le remaniement ministériel et l'activation du rôle de la Cour constitutionnelle et autres institutions consultatives. Pour sa part, le Rassemblement national démocratique (RND) a valorisé les décisions contenues dans le discours du président de la République, "qui reflètent sa forte volonté à concrétiser ses engagements envers le peuple vaillant dans le cadre de l'édification de l'Algérie nouvelle et la prise en charge des revendications de toutes les catégories de la société, notamment les jeunes". Dans un message à l'occasion du 24e anniversaire du parti, le SG a salué "les acquis réalisés sous la conduite du Président Tebboune, à l'instar des décisions visant l'allègement du poids fiscal, la hausse du SNMG, l'amélioration des aides et allocations au profit des citoyens au revenu modeste et la prise en charge des zones d'ombre", plaidant, dans ce sens, pour "la restructuration de l’économie nationale, la lutte contre la bureaucratie et l’édification d’une économie affranchie de la rente pétrolière...". Au plan extérieur, le même parti a réitéré son soutien à l'Armée nationale populaire (ANP), rejetant toute tentative d'"atteinte à la crédibilité des institutions de l'Etat, sous une quelconque couverture". Lakhdar Benkhelaf, membre dirigeant du Front de la justice et du développement (FJD) a estimé, dans un communiqué, que la dissolution du Parlement et la mise d'une fin à la 8ème législature "prouve que ce Parlement n'a pas de légitimité". Lors d'une conférence de presse, la présidente du parti Tajamou Amel El Djazair (TAJ), Fatma Zahra Zerouati, a salué les décisions prises par le Président de la République pour "l'édification de l'Algérie nouvelle qui connaitra un véritable départ dans tous les domaines de développement", qualifiant de "pas positif pour la consolidation de la sécurité, la stabilité et la sérénité au profit de tous les Algériens" la décision portant grâce présidentielle au profit de détenus.  De son côté, le parti Voix du peuple (PVP) considère que le discours du Président de la République "amorce la concrétisation de la feuille de route politique de l'Algérie nouvelle, notamment à travers la dissolution du parlement". Dans un communiqué, le PVP estime que "ce pas traduit une volonté politique au plus haut niveau pour officialiser une véritable représentation populaire, émanant de la souveraineté populaire, en concrétisation de la Constitution". Saluant la décision portant grâce présidentielle au profit des détenus du Hirak populaire, le même parti considère que c'est là une cristallisation du respect des nouvelles dispositions constitutionnelles relatives aux libertés". De son côté, l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a qualifié de "pas positif" la décision de dissolution du Parlement, affirmant que l'annonce d'élections législatifs anticipées "donnera lieu à une Assemblée élue, exempte de corrompus et représentative de la société algérienne", saluant la décision de grâce au profit de jeunes détenus. Sur sa page Facebook, la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) s'est réjoui de la libération des détenus, soulignant qu'une telle décision "vient réparer l'injustice de plusieurs mois d'incarcération". Le parti Front du militantisme national (FMN) s'est félicité, quant à lui, des décisions du président de la République, appelant à l'unification des rangs, à l'ancrage de l'esprit du patriotisme pour la consécration du dialogue constructif et à la garantie du bon fonctionnement des institutions de l'Etat. Dans un communiqué, le même parti a qualifié le discours du président Tebboune d'"historique", dans lequel il a pris des décisions constitutionnelles "judicieuses" et fait des promesses pour "la pérennité de l'Etat national". Parmi ces décisions louables, le parti a cité "la poursuite du processus de changement du système par la moralisation et l'équilibre des pouvoirs, le renforcement des prérogatives des élus, le bannissement de l'argent sale dans toute échéance électorale, la création de la cour constitutionnelle et l'intérêt soutenu accordé à la question de la sécurité nationale, ce qui dénote, ajoute le parti, "la détermination et le courage du Président à répondre réellement aux revendications du Hirak authentique".

A.S.