Imprimer
Catégorie : Actualite

L’Association nationale des pharmaciens algériens (ANPHA) plaide pour une restructuration du secteur du médicament à travers une approche inclusive qui associe tous les professionnels du secteur, selon un communiqué de cette association créée en 2020.

 L’ANPHA affirme que sa mission consiste à militer pour l’implication de tous les acteurs du secteur de la pharmacie afin de déterminer l’avenir de ce métier "Face aux sujets d’actualité, l’ANPHA réagit en appuyant sur l’importance de la restructuration de secteur du médicament et l’importance d’un climat apaisé, pour faire face aux tournants majeurs, et aux grandes évolutions mondiales", ajoute l’ANPHA. Elle estime par ailleurs que les réformes passent "impérativement" par la prise en compte du point de vue de tous les pharmaciens de différentes spécialités et secteurs d’activités professionnelles et les différentes générations de pharmaciens. "Les transformations majeures et les tournants qu’a connu le secteur face à ces crises structurelles, économiques et sanitaires successives nécessitent un arbitrage via une intelligence collective, de manière à garantir les droits de tous les professionnels et à développer la profession pour la nouvelle génération de pharmaciens qui attendent leur chance pour trouver une place dans le secteur du médicament, en particulier ou dans le secteur de la santé, en général", souligne le communiqué. L'association considère que le développement de l’Industrie pharmaceutique est la meilleure opportunité pour la création d’un plus grand nombre de débouchées pour le pharmacien, et pour impliquer le plus grand nombre possible de pharmaciens dans les multiples missions des établissements pharmaceutiques. Elle estime par ailleurs que la révision des textes d’application qui régissent et organisent ces établissements pharmaceutiques est une étape importante qui ajouterait de nouveaux créneaux et de nouvelles responsabilités au pharmacien. "Les réformes du secteur de la santé et la réforme hospitalière et les ateliers ouverts à cet effet doivent prendre en compte la redéfinition du pharmacien exerçant dans un établissement de santé, son rôle en tant qu’acteur essentiel de la chaîne de soin, et la recherche de la formule adéquate de complémentarité entre le pharmacien et le médecin traitant ", préconise l’association, ajoutant que "ces réformes doivent également apporter plus de transparence et de rigueur dans la gestion de certains dossiers. Dans ce document, l’ANPHA a relevé les lacunes qui entravent le développement du secteur pharmaceutique en Algérie en évoquant notamment "le manque de compréhension du rôle du pharmacien, les problèmes administratifs et bureaucratiques qui pèsent sur les pharmaciens, le chevauchement entre les objectifs professionnels et syndicaux "qu’il faudrait absolument dépasser en respectant l’éthique de la profession et en encourageant la solidarité entre les professionnels de la pharmacie" a-t-elle recommandé. L’association a également évoqué les problèmes récurrents qui pèsent sur le secteur pharmaceutique, tels que les pénuries de certains médicaments, le manque d’organisation du secteur, l’absence d’une définition claire sur la responsabilité pharmaceutique et les relations entre les opérateurs, invitant les acteurs du secteur à organiser des ateliers de réflexions professionnelles et scientifiques pour tirer au clair toutes ces questions et sortir avec des solutions pratiques. Créé sous le slogan "Pharmacie de demain", l’ANPHA est une association socioéconomique et scientifique qui regroupe des pharmaciens de différents secteurs d’activité pharmaceutique. Selon ses membres, elle représente un espace d’échange des points de vue sur les questions ayant trait à la profession avec pour objectif de " maintenir l’honneur et les valeurs de la profession du pharmacien en Algérie".

K.B.