L’Algérie n’a pas beaucoup évolué dans le classement mondial relatif au développement humain. Dans le dernier rapport (2015), rendu public par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Algérie figure à la 83e place, avec l’indice 0,736.

Quand on applique l’inégalité du genre, l’Algérie descend à la 85e place avec 0,837. Le premier pays arabe qui dispose d’un développement humain élevé est le Qatar, classé 32e sur 188 pays notés. Ce pays est suivi par l’Arabie Saoudite, qui occupe la 39e place mondiale, les Emirats arabes unis à la 41e place, le Bahreïn à la 45e place et le Koweït à la 48e place. L’Algérie devance des pays comme la Libye (94e), la Tunisie (96e), l’Egypte (108e), le Maroc (126e) et la Mauritanie (156e), mais elle reste derrière le sultanat d’Oman (52e), le Liban (67e) et la Jordanie (80e). L’Algérie figure ainsi parmi les pays au développement humain élevé. Elle est le premier pays de l’Afrique du Nord. Le classement se fait sur la base de critères précis selon lesquels «le développement humain, c’est l’élargissement des choix offerts à chacune et à chacun, en se préoccupant de la richesse de la vie humaine et non pas simplement de la richesse des pays». Il s’agit là de l’élément fondamental de ce processus. «Le travail nous occupe de manières différentes, dans le monde entier, et accapare une grande partie de nos vies. Des 7,3 milliards d’habitants de la planète, 3,2 milliards ont un emploi ; d’autres se livrent à des activités de soins, créatives ou bénévoles, ou bien se préparent à la vie active», explique-t-on dans ce rapport d’une cinquantaine de pages. «Dans l’optique du développement humain, la notion de travail est plus générale que la notion d’emploi. La notion d’emploi exclut une multitude de formes de travail dont l’influence sur le développement humain ne doit pas être ignorée, à savoir le travail de soins, le travail bénévole et le travail créatif, notamment l’écriture et la peinture», est-il encore souligné. Le rapport sur le développement humain 2015 est le plus récent de la série de rapports mondiaux publiés depuis 1990 par le PNUD. Les données et les analyses figurant dans le rapport 2015 sur les objectifs du Millénaire pour le développement montrent que même les pays les plus pauvres peuvent réaliser des progrès spectaculaires et sans précédent grâce à des actions ciblées, des stratégies adaptées, des ressources adéquates et une volonté politique forte, est souligné dans ce rapport. Des progrès remarquables ont été faits en vue de réaliser les OMD. La pauvreté dans le monde continue de reculer. Les enfants sont plus nombreux que jamais à être scolarisés dans l’enseignement primaire. Le taux de mortalité infantile a chuté de manière spectaculaire. L’accès à l’eau potable a été considérablement étendu. Des investissements ciblés dans la lutte contre le paludisme, le VIH/sida et la tuberculose ont contribué à sauver des millions de vies, est relevé dans ce rapport 2015 qui a insisté sur l’aggravation des inégalités sociales.

H. B.a