La Banque d’Algérie poursuit son action de résorption de l’excès de liquidité sur le marché monétaire par la mise en œuvre des instruments indirect de la politique monétaire. Le montant absorbé au titre de la reprise de liquidité par appels d’offres a atteint 376 milliards de dinars à fin février 2016 contre un montant de 579 milliards de dinars à fin janvier 2016, soit un recul de 203 milliards de dinars.

Les encours des reprises de liquidités à 7 jours, 3 mois et 6 mois s’élève respectivement à 200 milliards de dinars, 131 milliards de dinars et 45 milliards de dinars. La facilité de dépôt souscrite par les banques a enregistré une progression importante de plus de 401 milliards de dinars, passant de 408 milliards de dinars à fin janvier 2016 à 809 milliards de dinars à fin février 2016. Durant cette période, l’encours sur le marché monétaire interbancaire a atteint 20,3 milliards de dinars à fin février 2016 contre 200,3 milliards de dinars à fin janvier 2016 soit une baisse de près de 180 milliards de dinars essentiellement observée sur le compartiment au jour le jour. L’encours sur le marché monétaire interbancaire a atteint 20,3 milliards de dinars à fin février 2016 contre 200,3 milliards de dinars à fin janvier 2016 soit une baisse de près de 180 milliards de dinars essentiellement observée sur le compartiment au jour le jour. L’activité du marché des valeurs d’Etat a enregistré une tendance haussière de 25 milliards de dinars. L’encours des valeurs d’Etat émis par voie d’adjudication sur le marché monétaire a atteint 99 1 milliards de dinars à fin février 2016 contre 966 milliards de dinars à fin janvier 2016. Les taux d’intérêt et les taux de rendement annuels moyens pour les différentes catégories des titres de l’Etat se sont maintenus à 0,66% pour les BTC 13 et 26 semaines, de 2,15% à 2,32% pour les BTA 1 à 5 ans et de 2,76% à 3,87% pour les OAT 7 ans à 15 ans en fin de période. La Banque d’Algérie maintien son rythme et ses conditions d’intervention sur le marché monétaire. Les taux appliqués aux opérations de reprise de liquidité à 7 jours, 3 mois et 6 mois et de la facilité de dépôt à 24 heures rémunéré par la Banque d’Algérie restent fixés respectivement à 0,75%, 1,25%, 1,50% et 0,30%. Les taux d’intérêts au marché monétaire interbancaire se sont négociés durant cette période dans une fourchette comprise entre 0,34375% et 2,50% pour des maturités allant de 24 heures à 7 jours. Selon la Banque d’Algérie, à fin septembre 2015, la liquidité globale des banques s’établit à 1828 milliards de dinars (2104,96 milliards de dinars à fin juin 2015) contre 2730,88 milliards de dinars à fin décembre 2014. Ainsi, après une forte contraction au premier semestre 2015 (- 625,92 milliards de dinars), la liquidité bancaire s’est davantage détériorée au cours des neuf premiers mois de 2015. La forte baisse des dépôts du secteur des hydrocarbures en est la principale cause, en contexte de persistance du choc externe. Sous l’effet de la contraction de la liquidité de certaines banques, le marché monétaire interbancaire a enregistré une augmentation des montants échangés, soit 370,50 milliards de dinars à fin juin 2015 (315,50 milliards de dinars à fin mars 2015) contre 96,5 milliards de dinars à fin décembre 2014. Cependant, le troisième trimestre 2015 a enregistré une diminution du montant des liquidités échangées sur ce marché, soit 170,5 milliards de dinars à fin septembre 2015. Aussi, face à l’amenuisement de l’excès de liquidité et dans le but de dynamiser davantage le marché monétaire interbancaire, la Banque d’Algérie a commencé à réduire graduellement les reprises de liquidité.

 

A. S.