Le renforcement des capacités de la Cour des comptes dans le controle juridictionnel, d'exécution de la loi de finances et de la qualité de gestion est le thème d'un projet de jumelage entre l'Algérie et un consortium franco-portugais, et ce dans le cadre du programme d'appui à la mise en oeuvre de l'Accord d'association entre l'Algérie et l'Union européenne (P3A).

Ce projet qui s'inscrit également dans le cadre du programme d'appui à la gouvernence économique et politique de l'Algérie (Spring), contribue au processus de modernisation et de réformes engagées par le gouvernement algérien depuis 2012 dans le controle des finances publiques. Selon P3A, le programme algéro-franco portugais financé à hauteur de 1,7 million d'euros par l'UE, "est mis en oeuvre par la Cour des comptes algérienne et un consortium européen constitué de la Cour des comptes française en sa qualité de leader et du tribunal de Contas de la République portugaise en tant que partenaire junior". L'objectif est de renforcer le système national de controle des finances publiques et de contribuer au développement de la bonne gouvernance et l'amélioration de la qualité des politiques publiques. La mise en œuvre de ce programme de jumelage, dont le lancement est prévu mercredi à Alger, permettra notamment la dotation de la Cour des comptes en moyens indispensables à la mise en conformité de son fonctionnement et de son activité aux normes internationales et aux bonnes pratiques européennes et internationales et le réaménagement de la fonction juridictionnelle de la Cour des comptes pour la rendre plus efficiente et moins consommatrice de moyens.