Imprimer
Catégorie : Actualite

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abdelkader Khomri, a considéré lundi à Alger que "la communication, l'entraide et la coopération" entre les différents secteurs constituent "la règle de base" pour la concrétisation des différents projets tracés par l'Etat dans sa quête de développer le sport et favoriser l'essor de la jeunesse. 

"Je ne vais pas transformer le MJS (ndlr, le ministère) en ring de boxe pour me chamailler avec d'autres personnes. Bien au contraire, j'espère faire de cette structure un melting-pot, où l'avis des différents acteurs, qu'ils soient sportifs, techniciens ou conseillers sera pris en compte" a indiqué le ministre au forum de la radio nationale.  Khomri a considéré, en effet, que "un haut responsable, quelle que soit sa compétence ou son expérience ne peut décider seul, car cette façon  d'agir le mènera, à coup sûr, vers l'échec".          Le ministre a insisté sur la nécessité de communiquer et de coopérer entre les différents secteurs car "leur but est commun", faisant qu'ils gageraient à unir leurs efforts.  "Notre quête de développement est globale, car elle s'étant à d'autres secteurs, comme l'agriculture et le tourisme. Plus que réussir une simple croissance, on espère créer la richesse, pour faire face à l'après pétrole" a ajouté Khomri devant les journalistes.     Le ministre a qualifié, en effet, le développement de certains secteurs comme l'agriculture et le tourisme de "paris importants" et de "combats décisifs" que l'Algérie doit absolument remporter. "Dans cette quête, la jeunesse algérienne joue un rôle prépondérant, car elle représente la cheville ouvrière et la force motrice sur laquelle nous nous basons" a encore souligné Khomri, rappelant que la jeunesse algérienne s'est toujours positionnée dans la ligne de front, depuis la Guerre de libération nationale à aujourd'hui.      Interrogé à propos du jumelage entre le ministère de la jeunesse et celui des sports, qui jusqu'à un passé récent étaient des structures autonomes, Khomri a expliqué que c'est "la conjoncture actuelle qui l'a exigé" pour dynamiser un peu plus le secteur et réaliser les objectifs tracés.