Imprimer
Catégorie : Actualite

 

Le directeur général du Bneder, Salah bey Aboud a indiqué que sur cette superficie globale programmée, 200.000 hectares de surfaces irriguées ont fait l'objet d'une étude de faisabilité technico-économiques lancée depuis 2011 date de publication de la circulaire ministérielle sur la création de nouvelles exploitations agricoles et d'élevage. Pour les 600.000 hectares, le Bneder a lancé la mise en oeuvre du programme d'études en février dernier, a fait savoir le responsable. Selon les explications fournies par M. Aboud ces terres se répartissent sur 188 nouveaux périmètres agricoles englobant 20 Wilaya. La première tranche de ces terres sera livrée durant les mois d'octobre et novembre prochains. La priorité sera accordée au Wilaya du sud notamment Biskra, Ghardaïa, Ouargla et El Oued, a ajouté M. Aboud soulignant que les études sur la superficie restante seront livrés au courant de l'année 2017 comme stipulé dans le contrat soit après une durée de 18 mois. Nous prévoyons de parachever le nouveau programme portant sur 600.000 hectares au courant de l'année, a soutenu M. Aboud. Ces terres agricoles destinées à l'investissement dans le cadre de contrats de concession octroyés par le ministère de l'agriculture et du développement rural suscitent un grand intérêt auprès des investisseurs dans els filières stratégiques dans les 46 wilayas. Les périmètres irrigués destinés à la réalisation de projets agricoles font l'objet d'études englobant une expertise de terrain et des analyses pédologiques. Par la suite, leur dossier est visé et transmis à la Wilaya concernée, puis au ministère de l'agriculture pour approbation finale. Dans le cadre des petites exploitations le Bneder a réalisé selon son premier responsable 2500 études de faisabilité technico-économiques sur 5000 demandes enregistrées à août 2016. 50 % de ces études portent sur la filière élevage, le reste concerne les filières agricoles. Il s'agit d'un processus intégré encadré par les secteurs de l'agriculture, des ressources en eaux, du cadastre, des forets et les wilayas concernées qui, les premières procèdent à un diagnostic et une identification des périmètres proposés à l'investissement agricole. Si la superficie concernée ne correspond au type d'activité proposée par l'investisseur, le Bneder présente à ce dernier un "document-projet" avec les différentes activités possibles. Pour les secteurs d'activités les plus prisés par les investisseurs, M. Aboud dira que ce sont la céréaliculture, la culture de la pomme de terre et l'élevage. Outre les études techniques et scientifiques, le Bneder élabore le plan de financement pour mettre à la disposition des investisseurs, un document dont ils peuvent se prévaloir auprès des banques pour l'obtention d'un prêt. Cette instance élabore des études technico-économiques pour la création de petites exploitations agricoles de 5 à 10 hectares ou des grandes surfaces de 1000 à 15.000 hectares.

APS