Les membres de la diaspora algérienne, représentée par des chercheurs, des professeurs et des universitaires établis au Canada se sont dits, dimanche à Alger, "disposés" à collaborer avec leurs compatriotes en Algérie pour établir des partenariats et aider par la même occasion, leur pays l'Algérie.

Ces Algériens qui exercent au Canada se sont exprimés dans des déclarations à l'APS en marge de la première édition des Journées scientifiques et culturelles des membres de la communauté algérienne établie au Canada, organisée dans l'objectif d'établir un partenariat avec la diaspora algérienne. A ce titre, le vice-recteur de l'université de Ryerson, Mohamed Lachemi a salué l'initiative d'organiser cette rencontre qui est à même d'ouvrir, a-t-il dit, "des perspectives pour des collaborations entre chercheurs et universitaires algériens établis au Canada et leurs collègues en Algérie". Dans le même sens, Hocine Yahia, professeur en génie biomédical et directeur d'innovation et de la bio performance à l'école polytechnique de Montréal, a émis le souhait de mettre en place un réseau avec les chercheurs algériens afin de collaborer avec eux. Titulaire d'un PHD en biomédical, il a estimé que "cette rencontre permet d'établir un contact direct avec le pays", réitérant son "souhait d'apporter une contribution dans la recherche médicale". Il a fait savoir que l'organisme où il exerce au Canada dispose d'un large réseau de collaborations au niveau mondial, souhaitant à cet effet d'intégrer l'Algérie dans ce réseau".         Il a expliqué que le Canada est ouvert sur le monde et collabore avec plusieurs pays, relevant qu'il a déjà aidé les Tunisiens dans le cadre de la mise en place d'un institut de recherche. De son côté, M'hamed Bentourkia, professeur agrégé relevant du département de médecine nucléaire et radiologie de l'institut de pharmacologie de l'université de Sherbrooke (Canada), a indiqué qu'il est disposé à apporter toute sa contribution en faveur de la médecine en Algérie, notamment dans son domaine qui concerne, a-t-il expliqué, la détection des cancers et l'imagerie médicale moléculaire. "Je suis disposé à aider l'Algérie dans divers domaines de la médecine d'autant plus qu'il y a beaucoup d'Algériens établi au Canada qui souhaitent collaborer avec les université algériennes et encadrer les étudiants dans leurs travaux de recherche. De son côté, Esma Aimeur, professeur agrégée dans le département d'informatique et de recherche opérationnelle à l'université de Montréal, a indiqué qu'elle est spécialisée dans la sécurité et la virologie informatique ainsi que le commerce électronique. Elle a fait savoir qu'elle est "disposée" à donner des conférences et exercer en tant que consultante en Algérie, précisant qu'elle a déjà encadré des étudiants algériens et reçus aussi des stagiaires algériens au Canada. De son côté, Sid Ali Meslioui, PHD en aéroacoustique, s'est "réjoui" de renouer le contact avec l'Algérie, souhaitant aussi "établir un réseautage en network" avec des organismes algériens. La première édition des Journées scientifiques et culturelles des membres de la communauté algérienne établie au Canada, ouverte à Alger, est organisée par le ministère des Affaires étrangères en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et celui de la Culture. Ces Journées qui s'étaleront jusqu'à mercredi prochain, s'inscrivent dans le cadre des activités marquant la commémoration de la Journée nationale de l'émigration. Dans son allocution d'ouverture, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hassane Rabehi, a exprimé le "souhait" de fonder un "véritable partenariat" avec la diaspora algérienne. "Je souhaiterais que nous puissions recevoir vos commentaires et vos propositions de manière à pouvoir améliorer les actions futures et fonder un véritable partenariat que nous voulons instaurer avec notre diaspora à laquelle l'Etat algérien et le Président Abdelaziz Bouteflika en particulier, accordent une considération particulière et veillent en permanence à la préservation de sa dignité et ses droits", a-t-il soutenu. De son côté, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Salah Eddine Seddiki, a indiqué que cette rencontre devrait permettre aux chercheurs et universitaires algériens au Canada de rencontrer leurs compatriotes pour un échange d'expériences. Le programme de ces journées comporte des conférences scientifiques au niveau du ministère des Affaires étrangères et celui de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ainsi que dans des instituts spécialisés.       Ces conférences seront animées par des experts, chercheurs et scientifiques dans différents domaines, notamment la gestion et le management, la santé et la médecine, les technologies de la communication, l'informatique et l'intelligence artificielle, le génie civil et industriel, l'aéronautique et la recherche opérationnelle. Des activités culturelles et artistiques sont également prévues lors de ces journées.

R.N