L'amendement introduit dans le projet de loi sur la retraite, sur instruction du président de la République Abdelaziz Bouteflika, "consolidera les acquis des travailleurs", a indiqué jeudi à Alger, le directeur général de la Sécurité sociale au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Djaouad Bourkaib.

"C'est un amendement qui va servir le pays (...) et permettra aussi de consolider les acquis des travailleurs", a précisé M. Bourkaib à la Chaîne III de la Radio nationale, qualifiant cet amendement de "très important car il répond aux préoccupations de certaines catégories de travailleurs". L'Assemblée populaire nationale (APN) avait adopté mercredi cet amendement oral présenté, sur instruction du Président Bouteflika par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale Mohamed El Ghazi, au projet de loi, appelle-t-on. L'amendement prévoit notamment l'attribution pendant deux années la pension de retraite, avec jouissance immédiate au profit des travailleurs salariés, âgés de 58 ans en 2017 et 59 ans en 2018 et qui ont totalisé 32 années au moins de service effectif ayant donné lieu au versement de cotisations. Réagissant aux mouvements de protestations menés par plusieurs syndicats avant l'adoption de ce projet de loi sur la retraite, M. Bourkaib a indiqué que c'est "une fausse polémique car il s'agit d'une mesure d'intérêt général visant à sauver le système des retraites pour les générations actuelle et future". "C'est une loi qui va servir le pays malgré certaines incompréhensions d'autant plus que les acquis des travailleurs seront bien préservés", a-t-il dit. Appelant à "valoriser" toutes les mesures prises en faveur des retraités en Algérie, M. Bourkaib a mis l'accent sur "la générosité du système des retraites nationales qu'il faut préserver". A ce propos, il a indiqué que le Fonds national des réserves de la retraite, financé par une quote-part de la fiscalité pétrolière, est réservé aux générations futures "en cas de difficultés à l'avenir". Dans ce sillage, M. Bourkaib a rappelé tout ce qui a été entrepris, sur instruction du Président Bouteflika, citant l'ordonnance qui a mis en place des indemnités complémentaires pour les petites pensions et allocations. Il a également rappelé que depuis 2006, il y a eu plusieurs revalorisations des pensions et allocations de retraite. Par ailleurs, M. Bourkaib a fait observer que l'impact des départs à la retraite avant l'âge de 60 ans, était "important et significatif", relevant que 80.000 départs ont été enregistrés en 2015, avec un cumul actuel de plus de 900.000 départs à la retraite avant 60 ans.   A une question sur la proposition du patronat sur le départ à la retraite à l'âge de 65 ans, M. Bourkaib a précisé que la nouvelle loi offre le droit au travailleur de choisir de rester après l'âge de 60 ans, surtout pour ceux qui sont hautement qualifiés ou ceux des métiers déficitaires.

R.N