Imprimer
Catégorie : Actualite

Une convention de partenariat visant le développement de l’investissement algéro-tunisien dans les différents secteurs a été signée samedi à Constantine entre le Club des entrepreneurs et investisseurs grand Constantinois (CEIGC) et la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CECT).

La convention stipule la mise en place d'une coordination entre ces deux organisations patronales pour l’intensification des rencontres entre opérateurs économiques des deux parties, tout en contribuant à augmenter le volume des échanges économiques de ces deux pays, a précisé, à ce propos, le président du CEIGC, Omar Mehsas, en marge d’une rencontre organisée sous l'intitulé "Ensemble pour un investissement durable et réussi." La convention s'inscrit dans le cadre de la promotion de l’investissement, tous secteurs d’activités confondus, et de l’épanouissement de l’économie de ces deux pays, a-t-il souligné lors de cette rencontre-débat organisée dans un hôtel à la nouvelle ville Ali Mendjeli, à l’initiative de ce club. Des facilitations sont prévues par le gouvernement algérien afin d’alléger les procédures administratives, fiscales et parafiscales au profit des investisseurs désireux investir dans les différents domaines d'activité dont la santé, l’agriculture, l’agroalimentaire, la pharmacie et l’industrie, a souligné M. Mehsas. La hausse du taux d’échange économique entre l’Algérie et la Tunisie qui ne dépasse pas actuellement les 4 % demeure "l’objectif primordial" de la signature de cette convention, a indiqué de son côté,  Redha Chaâra, le président de la CECT, qui a souligné l’importance de concrétiser la stratégie de coopération entre l’Algérie et la Tunisie pour un développement durable qui se traduirait par la création de nouvelles entreprises économiques lesquelles contribueront à la lutte contre la contrebande dans les régions frontalières et la réduction du taux de chômage à travers la création de nouveaux postes d’emploi. "Il est nécessaire aujourd’hui de mettre en place une coordination réelle et efficace dans les différents secteurs pour permettre un développement durable de l’investissement dans ces deux pays", ont affirmé les participants à cette rencontre tenue en présence de 110 opérateurs économiques algériens et tunisiens dont 80 Algériens. L'urgence de développer et d’améliorer la relation entre l’Algérie et la Tunisie a été soulignée par les intervenants lors de cette rencontre qui ont mis en exergue les potentialités touristiques et naturelles que renferment ces deux pays.        La mise en place de nouvelles feuilles de routes et le recyclage des employeurs des secteurs du tourisme figurent parmi les mesures à prendre pour renforcer les échanges commerciaux et la création d’une dynamique touristique entre les deux pays, a précisé, dans ce contexte, Hassane Lebad, directeur local du secteur du tourisme. Plusieurs cadres et responsables d’organismes partenaires dont la chambre du commerce et d’industrie Rhumel (CCIR), l’Union général des commerçants et artisans algériens (UGCAA), l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), les Confédérations algériennes de patronat (CAP) des wilayas de Constantine, de Skikda et d’Annaba ainsi que les Directions des impôts, du tourisme et de l’artisanat, des douanes et l’Inspection du travail ont également pris part à cette rencontre.

APS