Les relations entre l'Algérie et la Suisse pendant la Guerre de  libération nationale et la contribution de Suisses à la cause algérienne  ont été évoquées, samedi à  Alger par des historiens et témoins de l'époque lors des "rencontres Suisse-Algérie".

 

Organisées en commémoration du 55e anniversaire de la signature des accords d'Evian par  l'association "DiversCités", en partenariat avec l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel  (Aarc), ces rencontres ont mis en avant l'apport de la Suisse lors de la Guerre de libération et  notamment dans l'établissement des premiers contacts qui ont abouti aux négociations pour  l'indépendance de l'Algérie. Des extraits du film documentaire "Le diplomate" ont été projetés au public, venu nombreux, et qui  témoignent du rôle d'intermédiaire joué par le diplomate suisse Olivier Long qui était en contact à  l'époque avec plusieurs responsables algériens, dont Tayeb Boulahrouf (1923-2005), et avec le  ministre français Louis Joxe qui mènera par la suite les négociations d'Evian.  Le film montre également le rôle de la presse suisse qui avait dénoncé les exactions commises par  l'armée et l'administration coloniale, et montré le combat mené par les  représentants du Front de  libération nationale (FLN), à l'image de Tayeb Boulahrouf, Abdelakder Chanderli ou encore M'hamed  Yazid, ayant porté la cause algérienne sur la scène politique internationale. Présents à cette rencontre, plusieurs témoins de l'époque, militants de la fédération de France du  FLN, ont témoigné du "soutien de la suisse et des facilitations accordées" par ce pays aux militants  du FLN notamment pour acheminer les fonds collectés. Auteur du dossier "La Suisse et les accords d'Evian", l'historien suisse Marc Perrenoud a exposé  dans les détails le déroulement des prises de contact et les différentes étapes des négociations à  Evian alors que l'historien algérien Fouad Soufi a regretté "l'absence de recherches algériennes sur  ce sujet", rappelant que la Suisse avait abrité plusieurs rencontres avec la présence de grandes  figures de la cause nationale qui avaient milité avant le déclenchement de la Révolution le 1er  novembre 1954. Fouad Soufi a également appelé les historiens à "relayer les témoignages des acteurs" et à  "l'ouverture des archives algériennes sur les accords d'Evian". Lors de cette rencontre, qui s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de Suisse en Algérie  Muriel Berset Kohen et du secrétaire général du ministère de la Culture Smail Oulebsir, les  organisateurs ont rendu un hommage appuyé au journaliste, photographe, écrivain et cinéaste  suisse,  Charles-Henri Favrod, disparu en janvier dernier, et qui avait soutenu la cause algérienne depuis le  début des années 1950 en publiant plusieurs reportages et interviews, et qui était également  l'auteur du livre "La révolution algérienne" en 1959. Charles-Henri Favrod avait également  joué un rôle important dans la prise de contacts en Suisse  entre des responsables du FLN la et les autorités coloniales françaises en vue des négociations qui  déboucheront sur les accords d`Evian signés le 18 mars 1962. A cette occasion des extraits du documentaire "Plan fixe" réalisé par le journaliste suisse Patrick  Ferla, retraçant le parcours du photographe militant, ont été projeté. Organisées sur le thème "Les Suisses, la Suisse et la guerre d'Algérie", ces rencontres se  poursuivent jusqu'au 19 mars à la Bibliothèque nationale.

APS