Un chercheur algérien, Said Bouhalal, de  l’université de Sétif a mis au point une technique qui consiste à régénérer  les déchets en plastique à leur état initial en grains de polymères, a  indiqué mercredi le directeur général du Centre national de développement  des énergies renouvelables (CDER),  M. Noureddine Yassa.  

Il s`agit d’une opération de transformation et non pas de recyclage,  permettant de régénérer des millions de tonnes des déchets en plastique à  la phase initiale de la matière première, à savoir la polymère, qui est une  sorte de molécule de carbone, une matière essentielle dans l’industrie de  plastique, a-t-il précisé sur les ondes de la radio nationale. Cette solution permettra également de préserver l’environnement et les  ressources conventionnelles, a-t-il précisé. Selon lui, 95% des déchets en plastique dans le pays finissent par êtres  incinérés, ce que dégage des émissions "très nocives" pour la santé,  l’environnement et notamment la couche d’ozone, et provoque des dégâts sur  les écosystèmes. Mais avec cette technologie innovatrice, les déchets en polymère peuvent  être régénérés sans externaliser du pétrole, a-t-il fait savoir. Pour rappel, le directeur général de la recherche scientifique et du  développement technologique au ministère de l`Enseignement supérieur et de  la recherche scientifique, Hafid Aourag, avait considéré cette innovation  comme solution qui va révolutionner le monde des énergies renouvelables,  avançant que cela offrirait une alternative fiable et rentable sur les  volet économique et environnemental.

A.A