nergLe ministre de l’Energie, M. Noureddine   Boutarfa, a eu un entretien mardi à Madrid avec le ministre espagnol des   Affaires étrangères, Alfonso Dastis, au cours duquel ils ont évoqué la   densité des relations entre l’Algérie et l’Espagne ainsi que le traité de   bon voisinage et de coopération entre les deux pays qui a permis de   réaliser de grands projets sous l’impulsion du Président de la république,   Abdelaziz Bouteflika.

Boutarfa a déclaré à l’APS que l’entretien avait porté sur ce partenariat qui s’est concrétisé par de grands projets à  la fois dans le   secteur de l’énergie et dans d’autres secteurs notamment au niveau des   relations bilatérales.   Au niveau du secteur de l’énergie, a indiqué M. Boutarfa, il a été   aujourd’hui important de booster la coopération entre les deux pays sachant   que l’Algérie veut diversifier son économie, et les entreprises espagnoles   disposent d’un savoir-faire qui pourrait renforcer cette volonté.   Les énergies renouvelables ont également été abordées entre les deux   ministres et notamment l’appel d’offre Atlas 1, le méga projet de 4.000 MWc   en solaire qui représente une opportunité pour les entreprises espagnoles   de pouvoir venir concourir pour au moins essayer d’arracher une place dans  ce secteur qui permettrait par ailleurs de développer une industrie des   énergies renouvelables en Algérie.  Les deux parties ont également évoqué la question de la commercialisation   du gaz, a indiqué M. Boutarfa avant d’ajouter que la réévaluation du projet   d’interconnexion électrique entre l’Algérie et l’Espagne, et le   renforcement des interconnexions gazières entre l’Espagne et la France qui   pourrait permettre une meilleure circulation du gaz, le renouvellement des   contrats gaziers et les perspectives de développer et de diversifier le  partenariat et la coopération ont été, en outre, abordés par les deux   ministres.  M. Boutarfa a aussi salué l’Espagne pour l’appui qu’elle apporte pour le  renforcement du projet ORVAL de liaison en fibre optique Oran-Valence.  En outre, le ministre a eu également des entretiens avec son homologue  espagnol, M. Alvaro Nadal, au cours desquels ils ont abordé les  opportunités d'investissements dans le secteur énergétique.  Les deux parties ont ainsi examiné les relations bilatérales entre les  deux pays, l’état d’avancement des projets de partenariat en cours ainsi  que les perspectives de coopération et d’investissements dans le domaine  énergétique, en particulier dans l'exploration, la production et la  transformation des hydrocarbures et les énergies renouvelables.  Par ailleurs, lors d’une rencontre abritée par l’institut royal Elcano à  Madrid, le ministre de l’Energie a réaffirmé devant les représentants des  compagnies pétrolières et énergétiques espagnoles la volonté de l’Algérie  de construire des relations de partenariat et de coopération avec l’Espagne  profitables pour tous et tournées résolument vers l’avenir.  Dans son intervention, il a également présenté la politique énergétique  algérienne et les opportunités d’investissements offertes par le pays.  Tout en expliquant l’impact de l’instabilité des marchés pétroliers et la  baisse des prix des hydrocarbures sur la situation macro-économique de  l’Algérie, le ministre a, en outre, mis en exergue les réformes  structurelles entamées depuis quelques années par le gouvernement algérien  pour réussir la conversion de l’économie nationale en la diversifiant pour   la rendre indépendante des hydrocarbures.   En matière énergétique, M. Boutarfa a rappelé à l’assistance que l’Europe   est le marché le plus important pour le gaz algérien à travers notamment   l’Espagne.   Cela fait partie de l’ancrage de nos relations historiques et étroites   entre l’Algérie et l’Espagne, a-t-il indiqué avant de souligner que la   politique énergétique algérienne s’inscrit dans une vision à moyen et à   long termes de transformation du pétrole et du gaz naturel en Algérie pour   une meilleure valorisation tout en continuant à investir pour satisfaire   ses partenaires.   "Nous intensifions les efforts d’exploration pour répondre aux besoins du   marché intérieur et également de consolider la position de l’Algérie comme un acteur actif et fiable dans les marchés régionaux et internationaux",  a-t-il dit.   Tout en mettant en avant le grand potentiel de l’Algérie en termes de   réserves d’hydrocarbures, le ministre a souligné qu’une grande partie de   ces réserves reste encore inexploitée et ce pourquoi, a-t-il expliqué,   l’intensification des efforts d’exploration est au cœur de notre stratégie   et les opportunités d’investissement sont ouvertes pour nos partenaires.  Il a en sus mis l’accent sur les ressources non conventionnelles de   l’Algérie qui sont parmi les plus importantes au monde et qui font l’objet   d’une meilleure appréciation du point de vue technique et économique et des   divers impacts de leur exploitation.  Il a aussi cité le programme à moyen terme de la compagnie nationale   Sonatrach, d’un montant de 75 milliards de dollars, et dédié en grande   partie à l’amont pétrolier pour élargir la base des réserves et assurer la   sécurité énergétique du pays à long terme.   M. Boutarfa a par ailleurs souligné que l’Algérie reste ouverte au   partenariat dans les domaines du raffinage et de la pétrochimie pour une   réalisation conjointe en énumérant les différents projets de raffineries,   d’hydrocraquage de fuel oil, la production éthylène et celui du propane.   L’Algérie dispose d’infrastructures de qualité et de conditions   d’exploitations avantageuses et des ressources humaines qualifiées. C’est   pour cela, a-t-il poursuivi, que l’Algérie ambitionne de devenir un acteur   majeur en matière de solaire photovoltaïque qui constituera un vecteur de  développement au niveau local mais aussi en Afrique.

A.S.