La récente mise en service du dernier tronçon du tramway d'Alger a permis d'ouvrir la voie à toute une série d'inaugurations de grands projets d'infrastructures de transport, d'hydraulique et de loisirs, dont la réception était programmée pour 2015 dans la capitale. 

Reliant sur 2,7 km le lieu dit ''Kahouet Chergui'' à la cité populaire de Dergana (Bordj El Kiffan), le quatrième et dernier tronçon du tramway d'Alger a été inauguré le 14 juin en présence du ministre des Transports, Boudjema Talai. Avec cette inauguration, c'est la totalité de la ligne du tramway (23 km, 38 stations), pouvant transporter jusqu'à 100.000 voyageurs par jour de la station des Fusillés (Ruisseau) à Dergana, qui est accessible au même tarif de 40 DA, après cinq ans de retard. Inscrit en 2005, le projet du tramway d'Alger a démarré en mars 2007 avec, en perspective, des inaugurations partielles entre septembre 2009 pour le premier tronçon et décembre 2010 pour le dernier, selon la fiche technique qui précise que le coût à l'inscription était de 52,302 milliards de dinars. Sur une bonne série de grands projets d'infrastructures à réceptionner en 2015 dans la capitale, la mise en service commercial de la totalité de la ligne de tramway joue ainsi le rôle de précurseur.  En parallèle à la poursuite des opérations de relogement, suivant le programme de lutte contre l'habitat précaire qui a permis de recaser près de 20.000 familles en une année, plusieurs autres inaugurations d'infrastructures sont en effet prévues d'ici à la fin 2015. La prochaine inauguration se fera toujours dans le secteur des transports: à partir du 4 juillet, la première ligne du métro (La Grande poste-Haï El Badr, 9,5 km) sera prolongée jusqu'au centre-ville d'El Harrach, sur un tronçon de 4 km doté de quatre stations (Bachdjerrah 1, Bachdjerrah 2, El Harrach gare et El Harrach centre). A partir du 5 juillet, les usagers pourront donc emprunter le métro de la station d'El Harrach à la Grande poste (13,5 km) en 20 minutes, au même tarif de 50 DA, avec la possibilité d'utiliser leurs téléphones portables pour passer des appels ou se connecter à internet.  Pour les deux autres tronçons, à savoir Haï El Badr-Ain Naâdja (3,6 km) et la Grande poste-Basse Casbah (1,7 km), leur mise en service est fixée au premier trimestre 2017, a indiqué à l'APS le PDG de l'Entreprise du métro d'Alger (EMA), Aomar Hadbi. Toujours dans le secteur du transport, l'exploitation commerciale de la nouvelle ligne ferroviaire à double voie électrifiée Birtouta-Zéralda, longue de 21 km, est programmée pour fin décembre 2015, selon l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif). La wilaya d'Alger a également inscrit dans son agenda des inaugurations, début juillet, dans le domaine de l'assainissement et de la préservation de l'environnement. Les eaux usées produites dans la capitale seront traitées à hauteur de 85% à la fin de 2015, contre 65 actuellement, avec la réception et la mise en service de plusieurs ouvrages de traitement. Prévue "avant juin", la mise en marche de la 2eme tranche de la station d'épuration de Baraki aura finalement lieu en juillet. Avec cette extension, la station de Baraki deviendra la plus grande infrastructure de traitement des eaux usées du pays. S'agissant de la 2eme tranche de la station de Beni Messous, l'entreprise de réalisation compte la livrer en août prochain, mais le wali Abdelkader Zoukh a insisté, lors d'une visite d'inspection au chantier, afin de la réceptionner au même moment que l'extension de Baraki. Les stations de Baraki et de Beni Messous vont ainsi doubler leurs capacités de traitement à respectivement 1,8 million équivalent habitants et à 500.000 équivalent habitants. Ces nouvelles capacités seront utilisées grâce à la mise en service, toujours en 2015, de plus de 60 km de collecteurs principaux notamment ceux de Oued El Karma, Baba Ali et Bentalha. La mise en marche de la première tranche (100.000 équivalents habitants) de la station de Zéralda doit se faire en décembre prochain, selon la direction de wilaya des Ressources en eau.   Barrage de Douéra, Opéra d'Alger...           Par ailleurs, l'inauguration de plusieurs autres projets, comme le barrage de Douéra, un grand jardin public dans l'ex-décharge de Oued Smar et l'Opéra d'Alger, a été renvoyée vers la fin 2015 en raison de travaux qui sont en cours. Cette série de d'inaugurations de projets d'infrastructures dans la wilaya d'Alger aurait devait être entamée en mars dernier, par le remplissage du barrage-réservoir de Douéra, d'une capacité de 87 millions de m3 destinés à l'irrigation d'une partie de la Mitidja (Alger et Blida) et de l'alimentation en eau potable de Blida et de la côte ouest algéroise. Lancées officiellement le 12 janvier, les opérations de remplissage du barrage devaient s'achever en mars-avril. Mais lors d'une cérémonie à l'occasion de la journée mondiale de l'eau (22 mars) organisée sur le chantier, la direction du projet a renvoyé à la fin 2015 l'achèvement de ces opérations, sans aucune explication. A la mi-janvier, 6,5 millions m3 d'eau de pluie étaient stockées dans cet ouvrage. Jusqu'en mars, les quantités supplémentaires sont dues aux seules chutes de puis de février et mars, alors que le barrage est sensé être alimenté par canalisation à partir de Oued Hammam Melouane. Prévue en avril 2015, la réception du jardin urbain aménagé à la place de l'ex-décharge publique de Oued Smar a été également reportée "à la fin de septembre prochain", à cause des intempéries de février-mars qui ont retardé les opérations de plantations d'arbustes, selon les responsables de ce projet qui a été lancé en 2009 pour une enveloppe de 7 milliards de DA.        Pour clore cette série de projets d'envergure, le nouvel opéra d'Alger, construit à Ouled Fayet devra être réceptionné au mois de juillet prochain. L'Opéra d'Alger, avec ses1.400 places, sera réceptionné en "juillet 2015", selon l'engagement pris par les responsables du projet devant le Premier ministre Abdelmalek Sellal lors de sa visite d'inspection à Alger, en octobre 2014. Cependant, nouveau changement dans le calendrier de réception de cette infrastructure culturelle: l'Opéra d'Alger, construit par un consortium chinois, sera finalement opérationnel non pas en juillet comme prévu, mais au "plus tard en octobre prochain", a indiqué début mars le directeur général de l'Agence de gestion des réalisations des grands projets de la culture (ARPC), Abdelhalim Seray. "L'entreprise chinoise chargée de sa réalisation a pris en considération la demande du Premier ministre Abdelmalek Sellal de donner une touche locale en matière d'architecture à l'Opéra", a souligné M. Seray pour expliquer le report de trois mois de cette inauguration. Cet Opéra, rappelle t-on, représente un don de la République de Chine à l'Algérie fait à l'occasion de la visite d'Etat du président Bouteflika à ce pays en février 2004. APS