Imprimer
Catégorie : Actualite

Le forum « INVESTIR EN AFRIQUE » se tiendra pendant deux jours au Sheraton d’Addis-Abeba à partir du 30 juin.

 Cet événement qui vise, selon les organisateurs, à stimuler l’investissement dans le continent est le fruit d’une collaboration entre le gouvernement de la République populaire de Chine, le Groupe de la Banque mondiale, la Banque chinoise de développement, le Fonds de développement Chine-Afrique, le gouvernement éthiopien et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Il repose sur leur conviction commune que davantage d’investissements et une plus forte industrialisation permettront de générer une croissance pérenne et inclusive, de créer de nouveaux emplois et de faire reculer la pauvreté dans les pays africains. Ce forum entend notamment accroître et promouvoir des investissements responsables et partenariaux en Afrique, provenant de Chine et d'ailleurs, en particulier dans le secteur des industries légères. Il rassemblera près de 200 personnes dont des ministres et gouverneurs de Chine et d’une douzaine de pays africains, des représentants de haut niveau d’organisations régionales et multilatérales de développement économique, des entreprises du secteur privé et d’autres partenaires au développement. La Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial de l’Afrique et le pays qui investit le plus sur ce continent. L’engagement des autorités chinoises en faveur de l’Afrique, pour une coopération plus pragmatique et répondant aux priorités nationales et régionales a été réaffirmé lors de récentes visites des dirigeants chinois sur le continent. La Chine entend poursuivre et même accélérer sa stratégie d’investissements dans les pays africains en développant de nouveaux partenariats d’investissement avec les pays de l’OCDE et en mobilisant de nouvelles sources de financement y compris celles qu’offre l’Afrique. Le gouvernement de la République populaire de Chine, le Groupe de la Banque mondiale, le gouvernement de la République fédérale démocratique d’Ethiopie et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) sont convaincus qu’il faut davantage d’investissements et une plus forte industrialisation pour permettre une croissance pérenne et inclusive, la création de nouveaux emplois et le recul de la pauvreté dans les pays africains. Ils ont donc décidé d’organiser un forum pour toutes les parties prenantes, en partenariat avec la Banque chinoise de développement et le Fonds de développement Chine-Afrique. Cet évènement favorisera un dialogue ouvert et approfondi entre décideurs publics, partenaires au développement et investisseurs privés étrangers et locaux afin de promouvoir l’investissement et d’accélérer l’industrialisation en Afrique. Le but de ce forum est d’accroître et de promouvoir des investissements responsables et partenariaux en Afrique, provenant de Chine et d’ailleurs, en particulier dans le secteur des industries légères. Comme l’indiquent des recherches récentes, le développement de certaines activités manufacturières légères peut apporter beaucoup aux pays africains. Ils disposent en effet de ressources naturelles abondantes et d’une main d’œuvre bon marché comparée à la forte augmentation des salaires et du coût du foncier constatée dans les centres de l’industrie manufacturière légère en Asie du Sud-Est. Toutefois, la taille des industries manufacturières en Afrique et leur rythme de croissance demeurent insuffisants et font face à des difficultés persistantes. Selon les organisateurs, la conférence traitera donc du climat des affaires, de la logistique des échanges commerciaux et des initiatives d’intégration régionale en Afrique. Elle cherchera à définir un calendrier et un plan d’actions dans ces domaines. Elle examinera les collaborations en cours et celles qui pourraient être mises en place entre la Chine et les pays africains, les partenaires au développement et le secteur privé. H. B.