Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et  de la ville, Youcef  Cherfa  a procédé lundi au niveau de la nouvelle ville  de Sidi Abdellah, à La livraison de 3.280 logements dans les formules  Location-vente de l`Agence  nationale d`amélioration et de développement du  logement (AADL) et Logement public promotionnel (LPP) de l’Entreprise  nationale de promotion immobilière (ENPI).

Parmi les 3.280 logements représentant la deuxième tranche du programme de  logement de la nouvelle ville de Sidi Abdallah, 2.080 logements sont de  type Location-vente et 1.200 de type LPP. "Cette opération s'inscrit dans le cadre du programme de logement lancé  par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika", a déclaré le  ministre à la presse à l'issue de la cérémonie de remise des clés et actes  aux bénéficiaires, affirmant qu"'un nombre important de logements, toutes  formules confondues, sera distribué durant les fêtes nationales, dans les  différents wilayas du pays, comme fut le cas pour le 5 juillet dernier". Dans le même contexte, le ministre a annoncé qu'un nombre "considérable"  de logements sera distribué les 20 août et 1 novembre prochains, deux dates  qui ont marqué l'histoire de la Révolution algérienne. Concernant le programme AADL2, le ministre a indiqué que "des logements de  ce type ont été distribués au niveau de plusieurs wilayas tels Ain  Timouchent, Constantine et Annaba", soulignant que "l'opération se poursuit  avec la distribution mensuelle d'un grand nombre de logements dans  certaines wilayas", a précisé M. Cherfa. En août, d'autres logements AADL seront distribués dans certaines wilaya,  a ajouté le ministre sans donner plus de détails. A Alger, le ministre a souligné qu'"à la fin 2017, le dossier AADL 1 sera  définitivement clos pour passer au dossier AADL 2 et entamer l'opération de  convocation de tous les souscripteurs". En réponse à une question concernant l'assainissement des listes des  souscripteurs au programme AADL, le ministre a affirmé qu'il ne s'agissait  pas d'une campagne d'assainissement, mais plutôt d'"une campagne de mise à  jour". "Les souscripteurs n'ayant pas payé leurs redevances se verront  adresser des mises en demeure", a indiqué le ministre précisant que "le  souscripteur qui ne donne pas suite à la mise en demeure sera radié et  remplacé par un autre inscrit sur la liste d'attente".

N.A