Le ministre de l’Industrie et des mines,  Mahdjoub Bedda, a réuni samedi, les responsables des groupes Imetal et  Sider, ainsi que les responsables, les cadres et le partenaire social du  complexe sidérurgique d’El Hadjar (Annaba), a indiqué dimanche un  communiqué du ministère.

Cette rencontre a été consacrée à l’examen de la situation de ce complexe  "qui a connu par le passé des dysfonctionnements impactant sa productivité  et sa rentabilité", a souligné la même source. A cet effet, M. Bedda a reçu des explications sur le management, les modes  d’approvisionnement en matières premières, les difficultés financières et  techniques, ainsi que le climat social au sein du complexe d’El Hadjar. Rappelant que le but de cette rencontre était d'effectuer un état des  lieux sur la situation du complexe, le ministre a saisi l’occasion pour  "inciter les différentes parties à travailler en étroite collaboration dans  un cadre serein et empreint de fraternité afin de permettre au complexe de  retrouver ses niveaux de production et son image du fleuron de l’industrie  algérienne", a précisé le document. M. Bedda a également insisté sur l'implication du partenaire social pour  trouver "les solutions adéquates". Constatant "une nette amélioration" dans le climat social au niveau du  complexe, M. Bedda a exhorté les responsables de "veiller à la préservation  de ce climat pour l’intérêt du complexe et de toute l’industrie  algérienne". Il a réitéré, dans ce contexte, la disponibilité de son département  ministériel pour répondre "efficacement" à toutes les préoccupations des  travailleurs et à combler "les insuffisances" constatées. M. Bedda a évoqué, en outre, l’aspect formation pour assurer la relève,  devenue "indispensable" pour le développement du complexe, en raison de la  déperdition et les départs à la retraite, en appelant à des recrutements  sur base de "qualifications et compétences" avec une priorité aux jeunes de  la région dans le respect de la réglementation. Par ailleurs, M. Bedda a reçu des explications sur le fonctionnement du  haut fourneau numéro deux, remis en service en mars dernier après une  opération de réhabilitation. Selon les responsables du complexe, la durée des pannes survenues  dernièrement au niveau de ce fourneau estimée à "quelques heures", entre  dans le cycle normal d’exploitation. Dans ce cadre, il a été convenu d'entreprendre des actions concrètes, sous  les orientations du ministre, à l’effet d’améliorer la communication sur  les aspects techniques liées au fonctionnement du complexe. Les différentes parties prenantes à cette rencontre ont aussi exposé  certains problèmes techniques et financiers qui influent négativement sur  la production à l’instar de l’alimentation en eau, l’électricité, la  qualité du minerai de fer issu des mines de Boukhadra et d’El Ouenza  (Tébessa). En réponse à ces préoccupations, M. Bedda a instruit les responsables d’El  Hadjar de formaliser les besoins afin de saisir les autorités compétentes  pour solutionner ces problèmes. S'agissant du volet financier, M. Bedda a demandé à ce que la deuxième  phase du plan de développement du complexe soit revue et actualisée en  prenant en compte les évolutions récentes, avec la prise en charge des  aspects techniques. Ainsi, pour permettre au complexe d’augmenter sa production et de réduire  la facture d’importation de l’acier et de contribuer à la nouvelle  dynamique que connait le secteur, notamment dans le domaine de l’industrie  mécanique, M. Bedda a instruit les responsables d'établir une feuille de  route avec des actions ciblées et la soumettre pour approbation.

Déclic pour un changement réel

Par ailleurs, le syndicat de l'entreprise, a évoqué, dans un communiqué,  une rencontre "unique en son genre", précisant que c'est la première  réunion réservée au partenaire social mené par le secrétaire général du  syndicat de l'entreprise et les cadres gestionnaires du complexe d’El  Hadjar. Saluant les faits "très positifs" de cette réunion, le syndicat de  l'entreprise a également qualifié cette rencontre de "déclic pour un  changement réel" afin de réussir le défi "tant attendu" et arriver à la  sauvegarde du patrimoine de d'Etat, en incitant tous les travailleurs et  les cadres fidèles à doubler leurs efforts et veiller sur leur gagne-pain. Enrichie par des orientations capitales, selon le syndicat, cette  rencontre contribuera ainsi à la promotion du secteur de la sidérurgie,  notamment le complexe d’El Hadjar et son rôle "fondamental" pour participer  au redressement économique. "Le ministre prévoit et nous sollicite de revenir avec cette entreprise à  sa propre et véritable place nationale et internationale, et de veiller  avec rigueur sur l'entreprise en protégeant et préservant l'intérêt de  l'Etat et des travailleurs", souligne le document. A cet effet, le syndicat du complexe a salué la "bonne réflexion" du  ministre pour l'amélioration des conditions sociaux professionnels des  travailleurs "qui le méritent pour la continuité et la survie de cette  entreprise qui est le symbole et le fleuron de l'industrie algérienne". En outre, le syndicat du complexe a rappelé que "grâce à la détermination  et le laborieux travail de l'Etat", et conformément au programme  d'élaboration du Président, Abdelaziz Bouteflika, traduit par une enveloppe  financière "très importante" au profit du complexe, l'ensemble des  travailleurs sont "motivés" pour travailler davantage et réussir dans la  totale stabilité qui règne depuis 2014 au complexe d'El Hadjar avec comme  devise "stabilité et patriotisme".

S.A