Le P-dg de Sonatrach, M. Abdelmoumen Ould Kaddour, a dressé un constat critique sur l'organisation et le fonctionnement du groupe Sonatrach. Intervenant lors d'un séminaire-brainstorming de cette compagnie, M. Ould Kaddour, nommé à la tête de Sonatrach en mars dernier, a fait part de plusieurs problèmes et dysfonctionnements de cette entreprise.

 

A ce propos, il a relevé "l'absence d'une stratégie à long terme" qu'il a considérée comme un "problème fondamental", ainsi que l'absence d'un système d'information et de communication. Rappelant la baisse drastique des cours de brut, M. Ould Kaddour a affirmé que ce groupe pétrolier public "ne s'est pas préparé" à ce scénario.   Abordant la question des ressources humaines, M. Ould Kaddour s'est réjoui de la "très bonne formation" des jeunes cadres et techniciens du groupe dont il faut libérer les initiatives. Face aux problèmes auxquels fait face Sonatrach, il a plaidé pour une réorganisation du groupe d'une manière "assez intelligente" pour répondre aux besoins du pays. A ce propos, il a fait savoir qu'un changement allait être opéré à Sonatrach pour définir les objectifs à assigner à cette compagnie, en relevant, au passage, un nombre excessif des filiales: "Je ne suis pas sûr que toutes ces filiales ont leur place dans l'organisation de l'entreprise".

Sonatrach a connu des moments "très difficiles"

    

Présent à cette rencontre, le ministre de l'Energie, M. Mustapha Guitouni, a relevé que Sonatrach avait connu des moments "très difficiles" ces dernières années", en ajoutant, toutefois, que "cette période appartient désormais au passé et aujourd’hui, l’heure est à la résilience". "Au-delà du traumatisme que Sonatrach a connu, sa résilience démontre sa capacité de donner du sens et de se projeter dans l’avenir. C’est d’autant plus important que les circonstances actuelles sont contraignantes, que les difficultés sont structurelles et qu’il va falloir trouver des solutions à court, moyen et long termes pour dépasser cette conjoncture", a-t-il fait valoir. D'autre part, il a affirmé que le rôle du secteur de l’énergie et de Sonatrach, en particulier, est "essentiel" pour mener les réformes du Président de la République. Cependant, pour poursuivre le programme de croissance, "des défis sont encore à relever", selon le ministre qui a cité la diversification de l’économie, l'industrialisation du pays et le développement de l’agriculture. "Effectivement, il est primordial de s’interroger sur ce que sera Sonatrach dans 10, 20, 30 et 50 ans", a-t-il noté en relevant l'impérativité pour cette compagnie d'identifier les enjeux futurs et d’appréhender le mode de gestion qui lui permettra de se maintenir et de se progresser.   Sur ce point, il a mis en relief la poursuite de la prospection et l'amélioration de la production d’hydrocarbures. Par ailleurs, il a fait savoir que les créances détenues par Sonatrach sur le Trésor public seront "graduellement apurées en liquidités", de sorte à lui permettre de financer ses investissements d’abord en fonds propres. Abordant le projet d'amendement de la loi sur les hydrocarbures, il a réaffirmé que ces amendements visent à encourager la venue de nouveaux investisseurs et d’améliorer les recettes du pays. "Sans porter atteinte à aucune question de souveraineté, une relecture de cette loi est aujourd’hui nécessaire pour améliorer notre attractivité dans le domaine de la prospection et l’exploitation des hydrocarbures, de façon à renouveler nos réserves, diversifier le tissu des industries pétrochimiques de transformation et créer de bonnes conditions pour une valorisation locale optimale de nos ressources", a-t-il précisé.

A.A.