Une0512Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Noureddine Ayadi, et le vice-ministre chinois du Commerce et représentant adjoint du Commerce de la Chine, Yu Jianhua, ont signé hier à Alger un accord de coopération économique et technique portant sur l’octroi par la partie chinoise d’un don d’un montant de 200 millions de yuans (l'équivalent de 30 millions de dollars).

Ce don chinois est destiné au financement de projets de coopération en Algérie, notamment celui du Palais culturel et de loisirs pour les jeunes d’Alger qui avait déjà bénéficié d’un don d’un montant de 15 millions de dollars en 2016. Pour sa part, le secrétaire général du ministère de la Culture, Smail Oulebsir, a signé avec le vice-ministre chinois un accord relatif à la mise en place d'une coopération technique au profit de l'Opéra d'Alger. La cérémonie de signature de ces accords s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi. La partie algérienne a tenu à exprimer, au nom du gouvernement algérien, ses remerciements à l’endroit du gouvernement chinois pour cette nouvelle marque d’amitié et de solidarité, qui témoigne des liens forts et séculaires de coopération et de respect mutuel entre l’Algérie et la Chine. La signature de ces accords a été précédée par une rencontre entre M. Ayadi et M. Jianhum, durant laquelle les deux parties se sont engagées à développer davantage les relations bilatérales entre les deux pays à travers des "actions concrètes". Dans une déclaration à la presse, M. Oulebsir a mis en exergue l'importance de la coopération entre l'Algérie et la Chine liées par des "relations historiques et fraternelles". Pour sa part, M. Jianhua a fait savoir que les deux parties ont fait le bilan de la coopération existante entre les deux pays et se sont penchées sur la manière de la développer davantage. Le consensus dégagé à l'issue de ces entretiens "est de prendre notamment des actions concrètes pour développer davantage les bonnes relations déjà existantes" entre les deux pays, a insisté M. Jianhua. Dans ce cadre, il a affirmé que le gouvernement chinois va veiller à continuer à encourager les sociétés chinoises à venir s'installer et investir en Algérie. Les relations bilatérales, selon lui, sont marquées par une "confiance politique et stratégique" et une collaboration "mutuellement avantageuse" sur le plan économique. Le vice-ministre chinois du Commerce a ainsi exprimé sa "confiance" quant aux perspectives et aux potentialités du marché algérien. Pour rappel, sur le plan d'échanges commerciaux, la Chine est classée depuis 2013 premier fournisseur de l'Algérie. En 2016, elle avait exporté vers l'Algérie pour un montant de 8,4 milliards de dollars. 

Port Centre: Plus d'effort pour la mise en chantier dans les meilleurs délais

 Abordant le projet du port Centre d'El Hamdania (Cherchell, wilaya de Tipasa), qui a aussi fait l'objet des discussions avec M. Ayadi, M. Jianhua a affirmé que la Chine souhaite que les deux parties continuent à conjuguer leurs efforts pour permettre la mise en chantier du projet "dans les meilleurs délais". Pour rappel, le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane, avait annoncé récemment qu'une enveloppe de 150 milliards DA a été allouée au titre du projet de loi de Finances 2018 pour la réalisation de la première tranche de ce projet. En vertu d’un protocole d’entente conclu en 2016, ce méga port sera construit par une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux (2) compagnies chinoises: CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company). D’un coût de réalisation estimé à 3,3 milliards de dollars, cette infrastructure portuaire sera financée dans le cadre d'un crédit chinois à long terme. Le futur port d'El Hamdania doit être réalisé dans un délai de sept ans, mais sera progressivement mis en service dans les quatre (4) ans qui suivent le lancement des travaux, avec l`entrée d'une compagnie chinoise, Shanghai Ports, qui assurera son exploitation. Avec 20 mètres de tirant d'eau (hauteur de la partie immergée d'un bateau), ce port en eau profonde sera non seulement destiné au commerce national par voie maritime, mais aussi aux échanges à l'échelle régionale. En effet, la structure comptera 23 terminaux d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers/an, avec 25,7 millions de tonnes/an de marchandises. Cette future infrastructure portuaire devra s`étendre sur une superficie de plus de 1.000 hectares et disposera d`une zone logistique de 2.000 hectares, comme il sera doté de 3.360 mètres linéaires de quai pouvant accueillir des navires de grande taille.

  1. B.