L'Académie algérienne de la langue amazighe aura  pour tâche de "filtrer" tous les travaux réalisés autour de cette langue en  les "réorientant", a indiqué jeudi Abderrezak Dourari, professeur des  sciences du langage et de traductologie et directeur du Centre national  pédagogique et linguistique de l'enseignement de Tamazight  (CNPLET). 

 

Intervenant sur les ondes de la chaine III de la radio algérienne,  l'universitaire a estimé que l'Académie algérienne de la langue amazighe  "aura pour tâche de filtrer tous les travaux accomplis jusque-là et de  réorienter cet acquis dans le sens où Tamazight est passée au rang langue  officielle". Sur le caractère de l'enseignement de la langue amazighe, M. Dourari a  soutenu à partir du postulat attestant une diversité culturelle et  linguistique des différentes régions du pays, qu'on "ne peut pas forcer des  gens à une graphie bien déterminée", estimant que l'Académie de la langue  amazighe "est sensée normaliser dans les trois graphies (latin, arabe,  tifinagh)". Pour M. Dourari, cette Académie "doit fonctionner sur les principes de la  linguistique qui reconnait et décrit la différence avant de passer à la  normalisation de chacune des variétés et de savoir, par la suite, s'il y a  un besoin d'une langue unifiée", estimant qu'il était "nécessaire" de  constituer un corpus général de la langue amazighe par variétés et de  constituer une base lexicale spécialisée pour chacune des variétés". Sur un autre registre, il a indiqué qu'avec l'institutionnalisation de  Yennayer journée chômée et payée, c'est "un symbole très fort qu'on envoie  à la société pour son unité et sa survie", estimant qu'à travers cette  décision, "l'Etat algérien a revêtu le costume de l'Algérianité de son  histoire et de sa véritable identité".  S'agissant de l'enseignement de la langue amazighe assuré jusqu'à présent  dans 38 wilayas du pays, le linguiste a salué la méthode suivie par le  ministère de l'Education nationale qui "fait beaucoup attention à la  pédagogie et à la science et non pas à l'idéologie et à la politique". Pour rappel, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a réuni lundi un conseil  interministériel consacré à la dynamisation de l'enseignement de Tamazight  et à la préparation du projet de loi organique portant création de  l'Académie algérienne de la langue amazighe, en application des directives  émises par le président de la République devant le Conseil des ministres le  27 décembre dernier. Par ailleurs, un groupe de travail interministériel sera installé auprès  des services du Premier ministre pour s'atteler à la préparation d'un  avant-projet de loi portant création de l'Académie de la langue amazighe. 

N.A