Imprimer
Catégorie : Actualite

Le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed  Loukal, a appelé mercredi les banques à se mobiliser "de manière résolue"  aux fins de la  bancarisation de la liquidité monétaire thésaurisée et de  sa canalisation vers les objectifs de financement de l’économie et de sa  diversification, a appris l'APS auprès de responsables de la Banque  centrale.

 

Lors d'une rencontre tenue à Alger avec les dirigeants des banques dans le  cadre des réunions de concertation et d’information périodiques avec la  place bancaire et financière du pays, M. Loukal a affirmé que le système  bancaire était interpellé, de nouveau, à se déployer, à travers ses  différents outils et instruments, à capter et canaliser tout épargne  potentielle "aux fins de réduire la liquidité monétaire en circulation,  notamment, informelle et d’instaurer la confiance avec la clientèle  épargnante dans un cadre d’une relation bancaire professionnelle et  sereine". En effet, a-t-il expliqué, la mobilisation des ressources financières  internes est un impératif permanent, notamment, dans le contexte actuel  marqué par des objectifs de développement et de diversification soutenus de  l’économie à travers l’investissement productif,  Dans son intervention à cette réunion, qui a porté sur le développement de  l’inclusion financière, le Gouverneur de la Banque centrale a précisé les  conditions dans lesquelles la place bancaire doit développer ses différents  instruments et déployer ses moyens aux fins de canaliser l’épargne  nationale à travers des "efforts accrus de bancarisation", selon la même  source. Il a rappelé que l’inclusion financière, à travers une bancarisation  soutenue la plus large possible appuyée par des politiques de collecte de  la ressource auprès des acteurs économiques et des ménages, a de tout temps  été le principe directeur soutenant les axes de modernisation et de  développement du système bancaire et de croissance de l’économie nationale.

Les banques tenues de prendre des mesures de facilitation et de mise  en confiance

 Plusieurs mesures ont initié et conforté cette démarche, visant notamment  à faire participer l’ensemble des citoyens et acteurs économiques à la  généralisation effective et efficiente de l’acte de bancarisation, a  soutenu M. Loukal. Dans ce sens, il a considéré que le secteur financier et bancaire est  chargé d’accompagner cette dynamique par une plus grande diversification de  ses services et produits bancaires et un élargissement de la gamme des  produits financiers. Dans cette optique, a-t-il insisté, l’intermédiaire bancaire doit jouer un  rôle déterminant en matière de participation élargie des différents  acteurs, sans distinction de statuts, aux efforts de diversification et de  développement de l’économie nationale. Cette participation multiforme doit puiser sa contrepartie dans  l’efficacité opérationnelle du système bancaire et financier, son  adaptation permanente aux besoins de la clientèle et de sa capacité  d’innovation technologique, a-t-il poursuivi. Relevant que les mesures déjà mises en oeuvre s’inscrivent dans cette  perspective, M. Loukal a cité, en premier lieu, l’institution du droit au  compte pour tout citoyen, tel que précisé par l’instruction de décembre  2012 de la Banque d’Algérie fixant la procédure relative au droit au  compte. Cet élargissement a été conforté, en second lieu, par l’article 43 de la  Loi de Finances complémentaire pour 2015 permettant l’inclusion de nouveaux  acteurs, comme sources d’expansion de la collecte de l’épargne nationale et  de sa canalisation, à travers la mise en oeuvre du Programme de conformité  fiscale volontaire, a-t-il rappelé. Pour le Gouverneur de la Banque d'Algérie, le système bancaire est chargé  de jouer un rôle déterminant en prenant ''toutes les mesures de  facilitation et de mise en confiance''.

R.N