Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la  Sécurité sociale, Mourad Zemali a appelé, lundi à Alger, les enseignants  grévistes à mettre fin à leur mouvement de grève et à faire prévaloir le  dialogue "pour l'intérêt des élèves et du pays".

 

"Nous avons demandé aux représentants du syndicat de faire prévaloir le  dialogue et de placer l'intérêt des élèves et du pays au-dessus de toute  considération", a indiqué M. Zemali dans une déclaration à la presse lors  de l'audience accordée aux représentants du Conseil national autonome du  personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE),  estimant que la situation engendrée par la grève continue, qui dure depuis  plusieurs semaines, mène à "la discorde (fitna) qui n'est dans l'intérêt  d'aucune partie". "La situation d'aujourd'hui qui va au-delà des lignes rouges est devenue  incontrôlable par ces parties", a-t-il soutenu, appelant au "respect des  décisions de la justice". Après avoir affirmé que la Constitution algérienne "garantit à l'enfant le  droit à l'éducation", M. Zemali a rappelé que la loi  algérienne "a mis en  place plusieurs mécanismes de dialogue et de concertation", soulignant que  son département ministériel est chargé de "veiller à l'application de la  loi et d'accompagner ces syndicats, les travailleurs et les partenaires  sociaux, afin de leur permettre de s'enquérir et de se conformer aux textes  de lois.

APS