La Fédération nationale des agences immobilières  (FNAI) a estimé que l’informel détiendrait 70% du marché national de  l’immobilier, tout en dénonçant la sous-déclaration des ventes dans ce secteur.

 

"L’informel s’est accaparé de 70% du marché national de l’immobilier. Ca  devient grave. Nous sommes arrivés à une situation où nous ne maîtrisons  plus le parc immobilier national", a relevé le chargé de la communication  de la FNAI, Noureddine Menaceri, lors d’une conférence de presse sur le  blanchiment d'argent et la vente à travers les canaux illégaux. Il a affirmé, en outre, que les ventes des biens sous-déclarées représentaient une part importante, soit 90% de la totalité des transactions. Ces transactions sous-déclarées ne reflètent que 40% du prix réel de  l’opération.  Selon lui, la FNAI, créée il y a 20 ans, oeuvre aujourd'hui "à la  moralisation et à instaurer une déontologie dans la profession Elle se charge aussi, a-t-il poursuivi, de déterminer un baromètre de  l'immobilier (le prix du mètre carré) dans chaque région, ville et quartier  pour mieux cerner les prix. Il a fait valoir que cette fédération avait déjà dénoncé les pratiques  illégales dans l'immobilier tels que les canaux de ventes et des achats bien immobiliers à travers les courtiers, des bureaux d’affaires, des journaux spécialisés, des sites de vente.... Interrogé par les journalistes sur les raisons qui ont amené cette  fédération des agences immobilières à organiser cette conférence de presse  dans un contexte de médiatisation de scandales dans l'immobilier, il a  répondu: "c'est le bon moment. Nous avons décidé de mettre le holà,  d’autant que ces dysfonctionnements ont porté atteinte à l’activité l’agent immobilier". D'ailleurs, a fait valoir, pour sa part, le porte-parole de la FNAI,  Azzedine Chemseddine, en raison de cette "anarchie totale" qui caractérise  le marché de l’immobilier, 20% des agents immobiliers avaient baissé  rideau, et ce, sur un total de 3.000 agences existantes. De surcroît, a-t-il ajouté, 80% des agents immobiliers sont aujourd’hui situation déficitaire. L’Algérie comptait pas moins de 6.400 agences immobilières il y a une  dizaine d'années contre 3.000 agences actuellement. "Où sont les 3.000 agents restants?", s’est-il interrogé avant d’enchaîner: "ils sont, sans nul doute, canalisés quelque part et se sont  convertis en courtiers informels". Ainsi, pour mettre de l’ordre dans la profession, la FNAI, selon ses deux  représentants, propose "le passage obligatoire par les agences  immobilières" lors de toute transaction ou opération immobilière. "Nous proposons le passage obligatoire par les agences immobilières à  l’effet de régulariser le domaine de l’immobilier et de le canaliser", a  indiqué M. Menaceri selon lequel cette solution devrait permettre d’assurer  une traçabilité et, partant, de maîtriser les prix, d'avoir des  déclarations réelles et de normaliser l’inflation des prix. La FNAI propose également la création d’une Chambre nationale d'agences  immobilières devant regrouper toutes les agences.