La production de brut de l'Organisation des pays  exportateurs de pétrole (Opep) s'est établie à 32,32 millions de barils par  jour (b/j) en juillet, selon le rapport mensuel de l'Organisation publié  lundi.

 

En hausse de 40.700 b/j  par rapport à juin, cette augmentation traduit  des tendances contrastées. Ainsi, l'accroissement de la production a notamment été enregistrées au  Koweït (+78.500 b/j sur un mois), au Nigeria (+70.500 b/j) et dans les  Emirats Arabes Unis (+69.200 b/j). A l'inverse, la production de brut a baissé  en Iran (-56.300 b/j), en  Arabie Saoudite (-52.800 b/j) et comme les mois derniers, en Libye  (-56.700 b/j) et au Venezuela (-47.700 b/j), toujours affectés par des  troubles. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait pour sa part estimé  vendredi qu'avec le retour des sanctions américaines contre l'Iran, "le  maintien de l'offre mondiale pourrait s'avérer très difficile". Le rapport mensuel de l'Organisation a légèrement révisé à la baisse son  estimation de la croissance de la demande mondiale de pétrole en 2018,  tablant désormais sur une hausse de 1,64 million b/j (-20.000 b/j sur la  précédente estimation de juin) soit 98,83 millions b/j. Cette révision est "principalement due à des chiffres de demande de  pétrole plus faibles qu'attendu en Amérique latine et au Moyen-Orient au  deuxième trimestre 2018", explique le rapport. La demande de la région OCDE a parallèlement été révisée en hausse pour le  premier et le deuxième trimestre, "principalement en conséquence d'une  performance meilleure qu'attendu dans les secteurs pétrochimique et  industriel aux Etats-Unis". Selon les chiffres de l'Organisation pétrolière, l'offre mondiale de  pétrole se situait à environ 98,53 millions b/j en juillet.  L'Opep a aussi réduit sa prévision de demande de pétrole pour 2019,  tablant actuellement sur une hausse de 1,43 million b/j (-20.000 bj) à  100,26 millions b/j. Elle a maintenu ses prévisions de croissance de l'économie mondiale, à  +3,8% en 2018 et +3,6% en 2019. L'Opep et dix autres producteurs non membres dont la Russie  se sont mis  d'accord fin juin pour augmenter leur production, après un précédent accord  signé fin 2016 pour limiter leur offre en visant une remontée des prix. La Russie a augmenté sa production de brut en juillet à 10,47 millions b/j  (+28.000 bj), selon le rapport. L'Opep indique d'autre part que son panier de prix de référence a augmenté  marginalement de 5 cents d'un mois sur l'autre, pour s'établir en juillet à  73,27 dollars le baril. Ce niveau représente une hausse de 30 dollars, soit près de 70%  d'augmentation, depuis la fin 2016 (le panier de référence était à 43,22  dollars/baril en novembre 2016). Les prix ont progressé durant cette période en relation avec une baisse  des stocks de pétrole, explique l'Opep. Une "demande mondiale solide" et un  contexte de "tension géopolitique croissante" ont aussi contribué à la  hausse des prix.

N.A