Imprimer
Catégorie : Actualite

Les prix du blé étaient en baisse lundi à la  mi-journée, après une forte hausse en fin de semaine sur fond de rumeurs de  restriction des exportations russes. Vendredi, le blé a fortement progressé, la Bourse ayant eu vent d'une  réunion d'opérateurs, sous l'égide du ministre de l'Agriculture russe, pour  évoquer les chiffres russes de production et d'exportations de Céréales sur  2018/19.

 

"Les opérateurs en sont sortis (en) affirmant que des limites  d'exportations étaient envisagées et avaient été évoquées par le ministre,  à 30 millions de tonnes", une information démentie par ce dernier, selon le  cabinet Inter-Courtage. "Les niveaux d'exportation sont record, alors que la production est en  forte baisse, la Russie ne pourra pas continuer à exporter pendant toute la  campagne au rythme de l'an dernier", indiquait un analyste. Pour mémoire, la Russie a exporté l'an dernier une quantité record de 42  millions de tonnes (Mt) de blé et en a produit le double. Cette année, la production est attendu en fort repli, à 68 Mt contre 85  Mt, et le dernier rapport du ministère américain de l'Agriculture estime à  35 Mt les exportations de blé russe. "Il y a des éléments qui militent pour une limitation, sans que l'on sache  quelle forme cela prendra" et à quel niveau, indiquait un autre analyste.  Dans l'attente de nouvelles informations, la tonne de blé sur Euronext,  peu avant à la mi-journée, reculait de 1,50 euro sur l'échéance de  septembre à 210 euros et de 2 euros sur celle de décembre à 212,75 euros,  pour un peu moins de 8.000 lots échangés et dans un marché beaucoup plus  calme et attentiste que la semaine passée. Le maïs, pour sa part, était proche de l'équilibre, reculant de 75  centimes sur l'échéance de novembre à 189,25 euros et étant inchangé sur le  contrat de janvier à 191,25 euros, pour un peu moins de 100 lots échangés. Si la France connaît de graves problèmes climatiques liés à la sécheresse,  la production s'annonce bonne voire record chez les gros exportateurs de  maïs grain que sont les Etats-Unis et l'Ukraine.

APS