iNDPeauxPas moins de quatre millions de peaux d’ovins  devraient être collectées dès l'Aid Adha 2019, dans le cadre de la  généralisation de l'opération de collecte des peaux des sacrifices à  l'échelle nationale, a déclaré à l'APS, le P-dg du groupe public des  textiles et cuirs (Getex), Mokrane Zerrouki.

"L’opération pilote de collecte des peaux de bêtes sacrifiées sera  généralisée à partir de l’Aid El Adha prochain à travers tout le territoire  national, ce qui permettra de collecter la quasi-totalité des peaux" a-t-il  indiqué, ajoutant que " entre 4,5 à  5 millions de têtes ovins sont  sacrifiées annuellement à l’échelle nationale". M. Zerrouki a fait une évaluation plutôt positive de l’opération pilote  qui a concerné six (6( wilayas, en l’occurrence Alger, Oran, Constantine,  Jijel, Sétif et Batna.  "Cette expérience, la première du genre, était couronnée d’une parfaite  réussite, puisque ses initiateurs ont collecté près de 900.000 peaux,  dépassant largement les objectifs du ministère fixés à 800.000 peaux sur un  total de plus de 4 millions de bêtes sacrifiées", a-t-il précisé. Cette démarche, faut-il le rappeler a été lancée avec l’appui, le soutien  et l’engagement des départements des Affaires religieuses, de l’intérieur,  des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de  l’Environnement et des Energies renouvelables, de la Communication et de la  Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, des  professionnels de l’industrie du cuir, et notamment l’Association des  Tanneurs et Mégissiers d’Algérie (ATEMA). Pour assurer le bon déroulement de l'opération, les sites dédiés à  l'abattage des sacrifices et au stockage des peaux ont été aménagés dans  chacune des six wilayas sélectionnées, en plus du reste des abattoirs qui  ont été mobilisés durant les deux jours de l'Aïd. "Le cuir récupéré devrait servir de matière première pour les tanneries  nationales, ce qui permettra par ricochet de redynamiser une filière dont  les produits sont connus à l’échelle mondiale", a expliqué le premier  responsable de groupe Getex. Il a rappelé à ce titre que la filière cuir avait connu une longue période  de léthargie, résultat direct de la décennie noire. Mais cette filière a pu  renaitre de ses cendres grâce "à la volonté politique des pouvoirs publics  de redynamiser le secteur", a-t-il signalé. Ce même responsable a fait part des 21 milliards de DA alloués aux  entreprises du groupe Getex dont trois (03) milliards de Da au profit de la  branche cuir, et ce, au titre du plan de relance 2011-2015. Il a annoncé, en outre, un plan complémentaire en cours de préparation à  l’effet de redynamiser davantage le secteur. Pour lui, la filière cuir et textile se développe progressivement ce qui  augure d’un avenir "prometteur". Pour sa part, la Directrice générale de la PME auprès du ministère de  l’Industrie et des Mines, Hassiba Mokraoui, a estimé que cette opération,  première du genre, était une "réussite" puisque, l’objectif assigné était  largement dépassé, saluant la pleine adhésion des citoyens à cette  initiative. Selon M. Mokraoui, ce succès n’aurait pu être réalisé sans la  collaboration des citoyens et de plusieurs acteurs institutionnels,  économiques (publics et privés) et ceux relevant de la société civile. Soulignant toutefois que certaines insuffisances avaient été relevées lors  de cette première opération, la même responsable a fait savoir que le  dispositif mis en place, cette année, pour la collecte des peaux issues de  l'abattage des sacrifices d'Aïd El Adha sera amélioré l’année prochaine  notamment sur le plan communication et sensibilisation. Pour rappel, une large campagne d’information et de sensibilisation avait  été lancée aux niveaux central et local, via les spots publicitaires et les  SMS et ce, pour la réussite de cette opération pilote.  Les mosquées avaient également été sollicitées pour la  sensibilisation sur la nécessité de respecter les normes de découpage de la  peau ainsi que l’utilisation de deux (2) kilos de sel pour chaque peau  collectée afin de préserver sa qualité. Concernant le plan de communication lancé par les pouvoirs publics pour la  réussite de cette opération, le directeur de l’industrie et des mines de la  wilaya de Jijel, Nadir Bouhila avait mentionné quelques insuffisantes qui  ont entravé cette démarche. "Le résultat de la collecte des peaux au niveau de la wilaya de Jijel, a  titre d'exemple, aurait été nettement meilleur si le message avait été bien  transmis à la population" a-t-il indiqué. Dans ce sens, et pour une meilleure réussite de l'opération de  récupération des peaux de moutons durant l’Aïd 2019 qui devrait être  généralisée à travers tout le territoire national, le ministère prépare  l’installation un groupe de travail composé de toutes les parties prenantes  afin d’évaluer l’opération pilote et en tirer tous les enseignements.  Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la valorisation de la filière  cuir, a indiqué Mme Mokraoui, tout en mettant l’accent sur la "bonne  qualité" du cuir algérien. Pour cette responsable, la collecte des peaux d’ovins permettra non  seulement de structurer à nouveau la filière cuir, mais également de faire  naître des PME-PMI activant dans, entre autres la transformation de laine  ce qui devrait permettre de générer des postes d’emploi. Rappelant que la filière avait vécu une longue période de crise, Mme  Mokraoui a tenu à mettre l’accent sur la volonté des pouvoirs publics de  relancer aujourd’hui cette filière à forte valeur ajoutée. Dans ce contexte, cette responsable a fait part d’un programme national  tracé par le ministère de l’industrie à l’effet de restructurer de  nombreuses branches dont la filière cuir. "Nous sommes en train d’identifier les problèmes de la filière cuir et de  les résoudre. Ceci s’inscrit dans le cadre d’un programme national qui vise  à redynamiser le secteur à l’effet de satisfaire nos besoins locaux en cuir  et s’orienter par la suite vers les marchés extérieurs", a-t-elle indiqué. A propos de l’exportation, le directeur général de l’EPE ACED (Algérienne  du cuir et dérivés), filiale du groupe Getex, Toufik Berkani a précisé  qu’actuellement 12 % de la production annuelle du secteur public est  destiné à l’exportation, alors que le privé exporte 50 à 60 % de sa  production. M. Berkani qui est également membre de l’Association des tanneurs et  mégissiers algériens (Atema), a toutefois précisé que la peau récupérée  durant les deux jours de l’Aid El Adha n’est pas exportable voire même  "inutilisable" du fait que l’opération n’a pas été réalisée par des  professionnels. Il a fallu, selon lui s’adresser aux abattoirs pour l’opération du  sacrifice, et ce, pour que la peau soit découpée selon des normes et  techniques devant permettre de garder toute sa valeur. Ainsi, dans ce cas, la peau sera exploitée autrement pour récupérer  d’autres matières telles que la laine. Mais selon M Berkani, l’année prochaine, le tir sera rectifié puisque le  dispositif de collecte des peaux sera amélioré par notamment la mise en  place des abattoirs mobiles, le recours aux professionnels pour le  dépeçage, etc.

A.A