Imprimer
Catégorie : Actualite

L'augmentation du CO2 dans l'atmosphère d'ici  2050 va réduire les qualités nutritives de nombreuses cultures, ce qui  pourrait créer des carences en zinc, en fer et en protéines chez des  millions de personnes, avertit lundi une étude dans Nature Climate Change.

Selon les chercheurs de l'université de Harvard qui se sont penchés sur  225 aliments différents, la hausse de la concentration de CO2 dans  l'atmosphère, qui pourrait atteindre 550 parties par million (ppm) aux  alentours de 2050 contre 405 ppm en 2017, "devrait réduire de 3 à 17% la  teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base". Cette baisse de la qualité nutritive des aliments se traduirait par "une  carence en zinc chez 175 millions de personnes, mais aussi une carence en  protéines chez 122 millions de personnes d'ici 2050, tout en exacerbant les  carences existantes chez plus d'un milliard de personnes". Ces personnes s'ajouteraient aux 662 millions souffrant déjà de carence en  protéines, au 1,5 milliard de carence en zinc et aux 2 milliards de carence  en fer à travers le monde. Les populations les plus pauvres sont aussi les plus exposées, car les  plantes constituent une part plus importante de leur alimentation, tandis  que les plus riches complètent leur régime par de la viande. "Les décisions que nous prenons tous les jours - comment nous chauffons  nos maisons, ce que nous mangeons, comment nous nous déplaçons, ce que nous  achetons - rendent nos aliments moins nutritifs et mettent en péril la  santé des autres populations et des générations futures", avertit Samuel  Myers, co-auteur de l'étude, cité dans le communiqué.

APS