RentreeScolairePlus de 9 millions d'élèves vont rejoindre les bancs de l'école le 5 septembre à travers le territoire national, répartis sur 27.351 établissements éducatifs, outre le recours aux classes préfabriquées pour remédier au problème de la surcharge durant l'année scolaire.

Intervenant lors de la conférence nationale des directeurs des wilayas de l'éducation organisée en prévision de la prochaine rentrée scolaire, la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit a précisé que le nombre des élèves attendus pour cette nouvelle rentrée a atteint 9.269.892, ceux du palier primaire représentant 48,8% du total des élèves et le reste des taux réparti entre les cycles moyen, secondaire et préparatoire dans 26.964 établissements éducatifs. Le coup d'envoi de la rentrée scolaire 2018/2019 sera donné à partir de la wilaya de Mascara sous le slogan "faire du vivre ensemble en paix: un acquis et un  principe éducatif et citoyen", a fait savoir Mme Benghabrit. Pour la réussite de cette nouvelle rentrée scolaire 2018/2019, la ministre a relevé l'installation de cellules de suivi de la rentrée, une au niveau de l'administration centrale du ministère chargée d'intervenir instantanément pour remédier aux insuffisances constatées. Deux autres cellules au niveau de chacune des deux inspections générales du ministère afin d'exploiter les informations parvenues des inspecteurs chargés à leur tour de faire le suivi quotidien et l'évaluation journalière de la rentrée scolaire au niveau de leurs circonscriptions respectives. Elle a fait savoir, par ailleurs, que cette année verra une surcharge des classes en raison des opérations de relogement des citoyens, outre la hausse du nombre des naissances, ce qui se répercutera sur le taux des nouveaux élèves inscrits. Selon Mme Benghabrit, le nombre d'élèves a été revu à la hausse durant la période entre 2000 et 2018 estimé à 1.270.000 élèves, soit une hausse de 6,8%. La première responsable du secteur a indiqué que 27.351 établissements éducatifs ont été mobilisés, outre le recours aux classes préfabriquées mises en place par le ministère de l'Habitat, aux classes mobiles et au système des classes à double vacation. D'autre part, la ministre de l'Education a instruit les directeurs de l'éducation à l'effet de mettre en place et dynamiser les cellules d'accueil des élèves et de leurs parents au niveau des directions de l'éducation et des établissements scolaires. Cette opération contribue à la réussite de la rentrée scolaire, par les orientations et les conseils prodigués aux élèves et à leurs parents, encourager la création des associations de parents d'élèves, informer et sensibiliser la communauté éducative via l'espace numérique du système d'information dédié aux parents d'élèves.

Prochaine rencontre avec les partenaires sociaux le 10 septembre

Concernant le dialogue avec le partenaire social, Mme Benghabrit a annoncé une prochaine rencontre le 10 septembre avec les différents syndicats du secteur, appelant ces derniers à oeuvrer de concert pour assurer une rentrée sociale réussie. A cette occasion, la ministre a fait savoir que des ateliers de formation seront organisés après demain mercredi au profit des secrétaires généraux des directions de l'éducation, qui seront suivis jeudi par une vidéoconférence avec les chefs d'établissements, et par la suite un séminaire avec les directeurs des instituts de formation et les chefs de service "formation" au niveau des directions de l'éducation. Dans ce cadre, elle a indiqué que cette année scolaire se caractérise par "la mise en oeuvre du processus de l'école de qualité à laquelle aspirent toutes les composantes de la communauté éducative et nationale". "Edifier une école de qualité est avant tout une construction collective et une démarche institutionnelle partagée. C'est un acte de redevabilité que nous devons tous assurer et assumer pour inscrire notre pays dans la société du savoir par le biais de la valorisation du capital humain", a-t-elle soutenu. Et d'ajouter "Toutes les actions engagées, à cet égard, s'inscrivent dans le cadre de la politique éducative rénovée, ciblant toujours l'enseignement primaire comme cycle prioritaire en vue de préserver l'équité et l'égalité des chances à l'ensemble des enfants pour l'accès à un enseignement de qualité, pertinent, efficient et inclusif, ancré dans l'algérianité". La ministre a souligné, dans ce sens, que son secteur oeuvrera à "maintenir la dynamique de réforme en valorisant les efforts des membres de la communauté éducative qui oeuvrent à faire de l'école un lieu d'apprentissage et d'épanouissement pour tous les enfants scolarisés. Il s'agit également d'utiliser tous les leviers opérationnels qui permettent de réaliser l'accès, l'équité et la réussite à l'école. Elle a également mis en avant que cette année visera à "faire de la formation la clé de voute de notre action, dans une perspective de professionnalisation des pratiques d'enseignement et de gestion, au service des apprentissages des élèves", ajoutant que "la professionnalisation dans la formation se concrétise à partir d'un système national de standardisation des normes, formalisé dans le référentiel national des apprentissages, de l'évaluation et la formation (Marwatt)".

Projet de réforme du baccalauréat n'entrera pas en vigueur cette année

Lors d'une conférence de presse animée en marge de cette Conférence, Mme Benghabrit a indiqué que les épreuves du baccalauréat 2019 seront "similaires à celles des années précédentes", affirmant qu'il sera procédé à "l'animation de séances d'information sur la réorganisation des examens du baccalauréat et de l'examen de fin de cycle primaire (EFCP), après l'aboutissement à un consensus avec les acteurs concernés". Le projet de réforme du baccalauréat prévoit la nécessité de prendre en compte l'évaluation continue de l'élève à partir de la deuxième année secondaire où toutes les matières seront calculées dans l'évaluation continue, alors que l'épreuve écrite aura lieu en troisième année secondaire.

R.N