Le président du Conseil constitutionnel, Mourad  Medelci, a été reçu hier par le président de la République du  Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, à Astana où il prend part à la  conférence sur le thème "La Constitution: consécration des valeurs de  l'Etat de droit, de la société civile et de l'Etat moderne", indique un  communiqué de presse du Conseil constitutionnel. 

Dans une allocution au nom des délégations prenant part à la Conférence,  M. Medelci a adressé ses félicitations au Kazakhstan à l'occasion de la  célébration de la fête nationale de la Constitution (30 août) ainsi que les  "salutations et les félicitations du président de la République, Abdelaziz  Bouteflika, à son homologue Noursoultan Nazarbaïev et ses v£ux de progrès  et de prospérité au peuple kazakh".  A cette occasion, M. Medelci a mis en relief "les bonnes relations de  coopération existant entre le Conseil constitutionnel algérien et son  homologue kazakh", soutenant que les deux instances "jouent un rôle  important dans l'édifice institutionnel des deux pays". Pour sa part, le président du Kazakhstan a exprimé à cette occasion " souhait de voir les relations bilatérales entre l'Algérie et le Kazakhstan  se développer davantage dans tous les domaines".  Par ailleurs, M. Medelci a mis en avant "l'importance de l'accord de  coopération qu'il a signé à Astana avec son homologue kazakh au nom de la  Conférence des juridictions constitutionnelles africaines qui fédère la  Conférence des juridictions constitutionnelles africaines et la Conférence  des organes de contrôle constitutionnel des pays de jeune démocratie (pays  de l'Europe de l'est et centrale), présidée actuellement avec dynamisme et  mérite par le Conseil constitutionnel kazakh", précise la même source. Dans son allocution mardi devant les participants à la Conférence, M.  Medelci a mis en exergue les "dimensions de l'accord conclu entre la  Conférence des juridictions constitutionnelles africaines et la Conférence  des organes de contrôle constitutionnel des pays de jeune démocratie visant  à établir et développer des relations de coordination et de coopération  entre ces deux instances et les organes membres dans le domaine du contrôle  constitutionnel, et à approfondir les visions communes sur la contribution  de la justice constitutionnelle au renforcement de l'Etat de droit, de la  démocratie, de la gouvernance et de la protection des droits de l'Homme". Le président du Conseil constitutionnel a évoqué, en outre, "les étapes de  la création de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines  qui a vu le jour, à l'initiative de l'Algérie, le 8 mai 2011 à Alger qui  abrite son siège permanent". M. Medelci a salué les actions de cette organisation au double plan  continental et international, rappelant qu'elle regroupe 45 instances  africaines et 3 membres observateurs (Brésil, Russie et Turquie). Le président du Conseil constitutionnel a saisi cette occasion pour  valoriser la 5e session de la Conférence mondiale sur la justice  constitutionnelle, prévue à Alger en 2020 sous le thème "La relation entre  la paix et la justice constitutionnelle."