La ministre de l'Education nationale, Nouria  Benghabrit, a affirmé samedi à Alger que plus de 16.000 fonctionnaires ont  bénéficié de sessions de formation, dont plus de 12.000 enseignants durant  l'année scolaire 2017/2018.

 Intervenant lors de la réunion des coordonnateurs des organes  d'inspection, des directeurs d'instituts de formation et des chefs de  services de formation aux directions de l'éducation, la ministre a indiqué  que 16.566 fonctionnaires ont bénéficié de sessions de formation, dont  12.395 enseignants durant l'année scolaire précédente, soit un taux de 74,8  %. Il s'agit également de 53.352 nouveaux enseignants ayant bénéficié de la  formation préparatoire durant la même période, outre l'organisation de 807  sessions de formation au profit des ouvriers professionnels et travailleurs  de l'éducation, a fait savoir Mme Benghabrit. A cette occasion, la ministre a précisé que le plan national stratégique  de formation s'articule autour du principe de l'examen des situations que  les fonctionnaires font face lors de l'exercice de leurs fonctions et ce  pour qu'ils puissent acquérir des compétences professionnelles devant leur  permettre de s'adapter aux développements et aux nouvelles exigences, outre  le recyclage de leurs connaissances en vue de surmonter le mode de  formation théorique. Soulignant que l'année dernière a vu l'organisation de 157 sessions de  formation au profit des inspecteurs formateurs, soit une moyenne de 23  sessions/mois, au cours desquelles 9.233 fonctionnaires chargés de la  formation ont été formés, Mme Benghabrit a qualifié cette catégorie de  "noyau susceptible de former le reste du personnel du secteur". Les inspecteurs, les chefs des établissements scolaires et les enseignants  sont les premiers concernés par cette formation, vu qu'ils interviennent  grandement "dans l'opération pédagogique et la gestion des établissements  éducatifs", a-t-elle ajouté. La ministre de l'Education a donné une série d'orientations aux cadres du  secteur s'articulant essentiellement autour de l'impératif d'adapter les  offres de la formation avec les besoins sur le terrain et le renouvellement  des contenus de ces formations pour améliorer l'efficacité des différentes  formations et partant, renforcer les capacités du secteur en termes des  ressources humaines qualifiées pour atteindre l'objectif d'"une école  algérienne de qualité". "Notre aspiration en matière de formation réside dans le changement de nos  comportements pour que le bénéficiaire de la formation n'agira pas en tant  qu'administrateur mais un gestionnaire capable de faire des opérations  programmées des projets réels qui nous permettront de prodiguer un service  de qualité en adaptation avec ce qui se fait dans les pays développés et ce  au service des générations futures", a-t-elle soutenu. En marge de cette réunion, Mme Benghabrit a fait état des entraves  auxquelles le secteur fait face en matière de la formation, dont celles des  sessions de formation et la manière de répartition du volume horaire durant  les jours de semaine, soulignant dans ce sens la possibilité de programmer  la formation durant les samedis.

A.A