AnneeScolaireLa ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a affirmé dimanche que la nouvelle année scolaire 2018/2019 sera celle de "la formation par excellence" destinée à atteindre "les plus hautes normes de qualité dans l'éducation et l'enseignement".

 

Dans une interview accordée à l’APS, Mme Benghabrit précise que ce programme de formation s’inscrit dans le cadre du "Plan national de formation" (PNF) qui s'étalera jusqu'à 2020 et touchera toutes les catégories (enseignants, inspecteurs, administratifs et travailleurs professionnels). C’est ainsi que durant l’année scolaire 2017-2018, près de 80 000 fonctionnaires ont bénéficié de ces formations. La ministre a indiqué que la dynamique sur laquelle reposait le secteur de l'éducation nationale pour cette année scolaire consistait en la mise en œuvre des trois objectifs définis lors des deux conférences nationales d'évaluation et de soutien à la réforme de l'école, initiée en 2003 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika et organisées en juillet 2014 et 2015. Il s'agit, a-t-elle indiqué, de la refonte pédagogique, l'amélioration de la gouvernance de l'école et le renforcement de la place et de l'importance de la formation. Elle a souligné, dans ce sens, que "l'école de qualité passe par la mise en œuvre de l’objectif de professionnalisation des pratiques d'enseignement et de gestion, une école de qualité et une école qui est au service des apprentissages des élèves". De ce fait, le secteur de l’éducation s'engage à l'amélioration du niveau des élèves, notamment au cycle primaire qui constitue le fondement de l'opération éducative, a soutenu la première responsable du secteur. Des améliorations ont été introduites dans les programmes scolaires selon une nouvelle vision adaptée aux développements didactiques, scientifique et technologiques, a-t-elle ajouté. Mme Benghabrit a rappelé que les préparatifs pour la prochaine rentrée scolaire ont débuté en mars de l'année dernière, tandis que les quatre conférences régionales ont été organisées en janvier et février 2018. Le secteur qui compte plus de 700.000 fonctionnaires et prend en charge plus de 9 millions d'élèves, fonctionne selon une vision prospective déclinée annuellement en activités visibles dans la circulaire-cadre distribuée en juin dernier. Cette dernière comporte 10 axes et 186 opérations dont 46 ont été exécutées ou en cours d'exécution, a fait savoir la ministre. La période ayant précédé la rentrée des élèves a été marquée par la tenue d'une conférence nationale des directeurs centraux le 20 août dernier, suivie d'une conférence nationale des directeurs de l'éducation le 27 du même mois. Des ateliers de formation ont également été organisés au profit des secrétaires généraux des directions de l'éducation le 29 août, a-t-elle rappelé. Le ministère a programmé, ajoute Mme Benghabrit, une visio-conférence avec les chefs des établissements scolaires, suivie d'un séminaire au profit des directeurs des instituts de formation, des coordinateurs du collège inspectoral et des chefs de service "Formation" au niveau des directions de l'éducation. Une nouvelle méthode de formation a été mise en place pour garantir le professionnalisme et unifier les visions de tous au service de la qualité, a encore fait savoir la ministre. Il s'agit en l'occurrence de l'organisation sous forme de groupe de travail à l'instar des quatre ateliers consacrés à différents thèmes lors de la conférence nationale des directeurs de l'éducation, à savoir "la stratégie de formation, les nouveautés pédagogiques et autres liés à la politique de rationalisation des dépenses et à la déontologie du secteur", a indiqué Mme Benghabrit. La ministre de l'Education nationale a soutenu que son  secteur accordait une importance particulière à la formation continue de tous les cadres, notamment les inspecteurs et enseignants, et a fait de l'année scolaire actuelle une année d'évaluation des directeurs de l'éducation et des établissements selon les normes contenues dans le "Système national d'évaluation".

A.A